Je viens d’apprendre qu’une année, sur Pluton, ça dure 248 années terriennes. Et là, je me suis dit que pour les futurs colons qui s’installeront là-haut, dans quelques siècles, mieux vaudrait-il qu’ils n’aient pas trop l’habitude de nos cycles à nous. Sinon, vous imaginez, un gamin d’environ dix-douze ans, qui partirait avec ses parents, il faudrait qu’il attende 248 ans pour fêter son anniversaire suivant. Ça va lui sembler vachement long. Surtout à son âge. Et le 1er janvier plutonien, on doit se souhaiter ses meilleurs vœux pour les 248 nouvelles années qui viennent. Non, vraiment, je préfère vivre chez nous, sur la planète bleue.

Je viens aussi d’apprendre que le toucher rectal ne sert pas seulement à dépister des anomalies au niveau de la prostate. Ni à prendre du plaisir pour celles et surtout ceux qui aiment ça. Non, ça a également une utilité assez incroyable qui démontre, encore une fois, que les voies du seigneur son bel et bien définitivement impénétrables. Je vous le donne en mille comme en cent, le toucher rectal aurait la vertu inimaginable de faire passer le hoquet. Imaginez plutôt, à votre travail, vous avez un collègue qui hoquète et vous lui dites : je connais bien un moyen infaillible de te le faire passer mais je ne sais pas si tu serais d’accord.

Je viens enfin d’apprendre que le nez de la Statue de la Liberté, à New York, mesurait 1.37 mètre. Et là, je me dis que c’est soit parce qu’elle s’en fout, qu’elle n’a pas de complexe, soit elle ne sait pas qu’il  existe de la chirurgie esthétique appelée rhinoplastie pour affiner et diminuer les tarins disgracieux. En même temps, comme dirait Macron, avec un nez plus petit, elle serait sans doute ridicule car comme il doit actuellement être proportionné au reste de son corps. Il n’empêche que j’imagine la taille de ses mouchoirs, quand elle en a besoin. Surtout si elle est allergique à son président, comme tant d’autres.