Forcément, avec un titre de billet pareil, j’imagine que mes nombreux lecteurs (moins de dix !) ont tout de suite pensé que j’allais parler des WC à la turque. Comme si je ne pouvais écrire que sur des sujets communs ou obscènes avec force allusions coquines et force sous-entendus à double-sens. Eh bien, non, je ne pense pas qu’à la gaudriole ou aux choses triviales, la preuve ? Je voulais parler mécanique, aujourd’hui. J’avais envie de parler de ces mécaniciens qui bossent dans les garages et qui font un métier que je ne leur envie pas. Parce que les mains dans le cambouis, quand c’est au sens propre (quelle ironie !), je n’ai pas beaucoup trop ça. Pour ne pas dire pas du tout.

Ce billet aurait même dû s’intituler « aux mécaniciens innocents, les mains pleines de cambouis » mais puisque vous insistez, je vais faire l’effort, l’incommensurable effort de parler des toilettes à la turque. S’il n’y avait eu que moi, je n’aurais jamais abordé ce sujet mais le lecteur est comme un client, il est le roi. Et moi, j’obéis. Alors donc, les WC dits à la turque, on se demande bien pourquoi on les appelle ainsi. En réalité, ils n’ont aucun rapport avec la Turquie. Et tenez-vous bien, ils auraient même été inventés par un belge. Si ça, ça n’est pas drôle, hein ? Ils sont l’œuvre d’un certain Bert Vandegeim, marié à une prénommée Prudence et il a bien fait car on ne l’est jamais assez, prudent.

Ça remonte au 12ème siècle et ce vieux Bert a eu une envie pressante et quand il a voulu s’accroupir, afin de ne pas salir son pantalon, il se l’est noué sur la tête et sa femme, cette chère Prudence, lui a fait remarquer qu’il faisait penser à un turc. Bien des années plus tard, on inventa le clou qui permit de suspendre ses vêtements afin de pouvoir se soulager sans risque. Quand on y pense, ça tient à peu de choses, non ? En tout cas, les WC à la turque sont souvent objet de moquerie, on en parle en riant ou en faisant le dégoûté. Mais ce n’est pas là qu’on risquerait d’attraper des maladies ou des petites bêtes vu qu’on ne touche aucun siège. On se demande pourquoi on n’a pas gardé ce système-là d’autant que ça fait travailler les articulations des genoux et les muscles abdominaux-fessiers.