Je ne sais pas pourquoi mais là, en ce 28 décembre 2017, j’ai envie de changement. Ça me trotte dans la tête depuis un moment, déjà, depuis quelques semaines, pour être plus précis. Et plus ça va, plus ça me turlupine. Et moi, quand quelque chose me turlupine, il y a intérêt à ce que ça ne dure pas trop longtemps car si au début, c’est surtout turlu, mieux vaut ne pas passer dans la deuxième moitié du mot, sinon, je ne réponds de rien. Et en ces temps de délation, c’est plus prudent de faire attention, si je puis me permettre ce pléonasme.

Alors voilà, aujourd’hui, je le dis en clair (comme si j’avais l’habitude d’être crypté !...) comme en mille (mouais…), j’ai envie de changer et je me donne trois jours pour changer quelque chose d’important dans ma vie. C’est ce qu’on appelle une résolution de fin d’année, nettement plus facile à tenir que celles du début de l’année. Parce que là, je n’ai plus que trois jours pour l’appliquer sinon tant pis, je passerai à autre chose malgré moi. Le temps faisant son inexorable travail de marche à petits pas vers cette inconnue qu’est la fin de ma vie.

J’ai donc décidé de changer d’année. Maintenant que je l’ai dit haut et fort, je ne peux plus reculer. Alors, il va bien falloir que ça se passe. Que ça se passe vraiment. Au plus tard dimanche soir à minuit, j’ai décidé de quitter 2017 à jamais pour me jeter dans les bras de 2018. Qui m’aime, me suive dans cette aventure périlleuse mais il y en a tellement marre de 2017… Je trouve qu’on l’a assez vue comme ça, cette année. Il faut que ça change, maintenant. Il faut savoir laisser sa place aux autres. Aux plus jeunes. Moi, je ne demande que ça depuis des mois, alors pourquoi pas 2017 ?