Très cher petit papa Noël

J’aimerais si tu le veux bien

Que tu laisses au pied du sapin

Un bon silence vraiment complet

Le vide en mon petit soulier

Je voudrais assez un grand rien

Enveloppé dans un nuage

Valérie Rouzeau (Vrouz)

Et moi, très cher petit papa Noël, je te remercie de ne pas être passé chez moi. Je t’aime bien quand je te vois dans des films au cinéma ou quand tu fais partie d’un poème de Valérie Rouzeau mais à part ça, je ne peux pas plus croire en toi qu’en Dieu. Si tu existais, ça se saurait tellement. Tu ferais en sorte qu’il n’y ait aucune exagération au moment des fêtes de fin d’année.

Si je devais t’écrire une lettre, ce serait pour te dire que maintenant, il serait temps que tu prennes du bon temps pour toi. As-tu seulement pensé un jour que tu pourrais prendre ta retraite ? Que tu pourrais couler des jours heureux sans avoir à te préoccuper de venir livrer trop de cadeaux aux enfants même s’ils n’ont pas été aussi sages que ça. De toute façon, plus ça va, moins ils seront dupes, eux aussi. Qu’on leur donne des bons d’achat, ça sera très bien comme ça. Et encore…