Il y en a, quand ils ont envie, je ne vous dis pas comment ça se passe pour eux. Et ça a intérêt à se passer sinon, je crois qu’ils sont capables de ne répondre de rien. Voici quelques animaux pour qui, l’idée même de s’accoupler les met dans tous leurs états, que ceux-ci soient physiologiques ou psychologiques. Il ne faut y voir aucune jalousie de ma part ni aucune fausse modestie, par rapport à eux.

Déjà, on va parler de la couleuvre jarretière à flancs rouges (ce qui n’a rien à voir avec la couleuvre jarretière à flanc noir, qui elle, n’existe pas, si je ne m’abuse). La saison des amours pour ce reptile est un grand moment, extrêmement spectaculaire, à tel point qu’au Canada, c’est même devenu une attraction pour les touristes (qui doivent baver d'envie devant le spectacle des amours de ces bestioles. En tout cas, surtout les messieurs. Oh, et pourquoi pas aussi les dames, tout compte fait…)

La couleuvre jarretière femelle à flanc rouge n’a pas besoin de s’habiller sexy pour séduire la couleuvre jarretière mêle à flanc rouge aussi. Non, à la sortie de son hibernation, comme elle a envie, elle se met à émettre des tas de phéromones qui peuvent attirer plus d’une centaine de mâles qui n’attendent que ça, en gros obsédés qu’ils sont. Et là, je vous laisse deviner ce qui va se passer. Certains d’entre vous vont trouver tout de suite car ils ont déjà dû pratiquer ça.

Oui, c’est ça, mademoiselle, là, il se passe une orgie appelée boule nuptiale pendant laquelle tous les mêles chauffés à blanc essaieront de se taper la femelle à l’aide de leurs deux pénis latéraux. Tu parles, Charles, ça ne doit pas être facile pour tous ces sexes érigés de pouvoir féconder la seule femelle du groupe. Et elle, j’espère qu’elle n’est pas claustrophobe mais en principe, non, vu que là où elle a hiberné, si elle l’avait été, elle n’y serait pas restée.

Du coup, dans cette espèce de bordel, certains mâles vont se mettre à relâcher aussi des phéromones femelles attirant les autres mâles sur eux. Et là, on se dit : soit ils sont attirés par ceux du même sexe qu’eux tout en ayant le goût du transformisme, soit c’est juste pour ne pas rester le bec dans l’eau, si je puis dire, parce que forcément, 100 mecs pour une seule nana, il n’y en aura pas pour tout le monde.

Après, j’imagine que la femelle, lorsqu’elle pond ses œufs, le plus dur, j’imagine, c’est de savoir qui sont les quelques heureux pères parmi la centaine de participants à la partouze de la sortie d’hibernation. En même temps, comme dirait Macron, je crois que chez les couleuvres jarretières à flancs rouges, on s’en fout un peu. L’A.D.N. n’a aucune importance donc, c’est totalement hors de propos et c’était juste un commentaire de ma part.

Tout ça pour dire que ma foi, ça peut en laisser pantois plus d’un, d’apprendre tout ça. Mais heureusement que tout n’est pas identique sur notre planète sinon, ce serait d’un sinistre… Et puis, pas de regret, je crois qu’une seule contre une centaine, ça ne respecte pas la parité et surtout, un tel bazar pour quelques minutes voire seulement quelques secondes d’accouplement, est-ce que ça en vaut vraiment la peine ?