Il n’est pas plus connu que ça, en France mais c’est quand même un personnage hors du commun. Il peut faire éprouver ce que certains grands meurtriers, certains grands criminels font éprouver : une espèce de fascination morbide. Pas tant pour ce qu’il a pu faire que pour ce que ça représente. Une abstraction de ce qui touche au plus interdit de tous les interdits. J’avoue m’être intéressé (de pas trop près non plus, il ne faut pas exagérer) à ce Luka Magnotta, canadien de 34 ans condamné à perpétuité, chez lui, là-bas.

Si son nom ne vous dit rien, peut-être que son surnom vous parlera : le dépeceur de Montréal. Oui, parce que s’il est emprisonné à vie (ou presque), c’est parce qu’il a sauvagement tué un autre homme, son amant chinois, Lin Jun, jeune étudiant à l’époque, en 2012. Il l’avait tué, démembré et dépecé. Les pieds et les mains de la victime avaient été envoyés par la Poste à des partis politiques d’Ottawa et à deux écoles de Vancouver. D’ailleurs, l’une des personnes qui a reçu l’un des colis s’est écriée, en l’ouvrant : Je n’y crois pas, les bras m’en tombent !

Ce fou de Magnotta avait également filmé son crime afin de le diffuser sur Internet. C’est quand même le comble de la perversité narcissique. Bref, je ne vais pas entrer dans trop de détails peu ragoûtants. À l’issue de son procès, il a écopé de la peine maximale : la perpétuité. Assortie de 25 ans de sûreté. Ça ne l’a pas empêché de continuer de croire au prince charmant et c’est à travers un site de rencontre destiné aux prisonniers canadiens que Luka a trouvé un nouvel amour en la personne d’Anthony Jolin.

Et de fil en aiguille, si je puis dire, ils vont se marier en prison. Oui. Et c’est une grande première car évidemment, se marier en prison, quand on est du même sexe, maintenant, dans certains pays, c’est envisageable, la preuve. Mais pour un homme et une femme, comme les centres pénitentiaires ne sont pas mixtes, c’est beaucoup plus compliqué. C’est donc un des rares avantages qu’ont les homos par rapport aux hétéros. Mais ce n’était pas mon propos, aujourd’hui. On va revenir à nos moutons et à nos deux jeunes mariés.

Ils se sont épousés en juin dernier et Luka Magnotta doit être heureux vu qu’il cherchait à refaire sa vie avec un homme fidèle (il a quand même certaines valeurs), financièrement et émotionnellement stable (il ne manque pas d’humour) tout ayant bien précisé qu’il ne pourrait pas sortir avant 2037 dans le meilleur des cas. Et en tant que jeunes mariés, les deux tourtereaux ont eu droit à la roulotte de leur prison, un lieu aménagé dans l’enceinte de la prison pour des rencontres privées. Donc, ils ont vécu une nuit de noces.

Reste à savoir comment va se passer leur vie de mecs mariés. Vont-ils pouvoir se voir de temps en temps, régulièrement, souvent, pas du tout ? Je suppose que leurs rencontres seront tributaires de leur (bon) comportement au quotidien. En tout cas, ça laisse de l’espoir. Peut-être que les deux meurtriers (Anthony est également enfermé pour ça) vont se racheter une conduite, on ne sait jamais. Le mariage peut mener à tout. C’est ce qu’on va appeler l’espoir. Parce que tout n’est peut-être pas perdu, finalement.

La chose qu’on ne sait pas, c’est : y a-t-il eu un repas spécial pour leur mariage ? Je n’imagine pas la grosse fiesta comme on voit un peu partout, non, mais un repas amélioré dans la prison. Au moins pour eux deux et, pourquoi pas, leurs témoins. Je ne sais pas, moi, j’imagine : des pieds de porc, du museau vinaigrette, des rognons de veau, du jambon à l’os, de la langue de bœuf… J’imagine que quand on a démembré et dépecé quelqu’un, on ne doit pas être difficile ni délicat pour tout ce qui touche à la nourriture.