Dire qu’on est envahis de publicités, ce n’est rien de le dire. C’est plus que du matraquage, c’est du gavage. Black Friday : 50% sur tout le site hormis sur tous les produits sauf ceux marqués *… Tiens, qu’est-ce que je disais ? On n’en peut plus de toute cette propagande de surconsommation : achetez, achetez, achetez et vous verrez, comment vous serez encore mieux dans votre peau. Black Friday : Jusqu’à 30% sur tous les produits étiquetés en vert… Ah non, vous allez me laisser m’exprimer et ne pas pourrir mon billet quotidien, il y en a marre, maintenant.

En plus, aujourd’hui, le ciel est bas, le ciel est gris et il pleut. Moi, ça me donne envie de rester chez moi mais de ne surtout pas allumer la radio, surtout pas une radio commerciale parce que je n’en peux plus d’entendre la même rengaine. Black Friday : 10% de rabais supplémentaire pour toute commande supérieure à 270€… Laissez-vous tenter, succombez au pêché de la consommation à outrance, Dieu vous le rendra. Sauf que tout ça, personne ne l’emportera dans aucun paradis. Et pendant ce temps-là, tout ce qu’on achète comme ça, ça ne répond qu’à un instinct primaire.

Black Friday : 6 articles achetés, le septième offert, il n’y en aura pas pour tout le monde !... Je m’en fous, ça ne m’intéresse pas. Je peux vous dire que de la connerie, il y en a en surstock mais je me demande si c’est soluble dans le temps ou si ça ne va pas faire comme le plastique, ça risque de polluer la planète. Quand on y regarde de près, la connerie, ça dure des éternités sans disparaître. Black Friday : une femme soumise offerte pour deux femmes harcelées. La joie des obsédés sexuels, pourquoi pas aussi sur les sites de cul, hein ? Après tout, au point où on en est, hein ?