Je me trémousse sur mon fauteuil car j’ai très envie de 3.1415926-3.1415926. Depuis tout à l’heure, après avoir déjeuné et bu un café, ce qui est inhabituel pour moi, j’ai lu un article sur le nombre pi dont je n’avais pas entendu parler depuis un bon moment. Comme quoi, on peut parfaitement vivre sans parler de pi de façon régulière. Sauf pour les fétichistes de ce nombre remarquable d’entre tous. Ce qui n’a jamais été mon cas. J’ai toujours été plus porté sur les lettres que sur les chiffres. Même les mots qui font penser à des chiffres comme hein ? D’eux, cette, neuf, vin  et sans.

Oui parce que pi, c’est un nombre extraordinaire qui n’en finit pas de faire fantasmer tous les amateurs du genre. Je vais déjà rappeler qui est pi : c’est le nombre qu’on obtient en divisant la circonférence d’un cercle par son diamètre, ce qui est une des constantes les plus importantes dans les mathématiques. Grâce aux ordinateurs, on en connaît aujourd’hui plus de dix mille milliards de décimales (c’est un nombre infini, pour ceux qui l’auraient oublié !...) Ça n’aurait pas un grand intérêt que j’en liste les mille premières décimales mais on peut commencer plus modestement :

Par exemple, pi à 57 décimales, ça fait : 3.14159 26535 89793 23846 26433 83279 50288 41971 69399 37510 58209 74… J’aurais pu aller plus loin mais je me suis arrêté mon âge actuel. Dans moins d’un mois, j’aurais pu ajouter un 9 mais on ne va pas brûler les étapes, hein ? Surtout que là, j’ai très envie, j’ai vraiment très envie de faire 3.1415926-3.1415926 et si je n’y vais pas tout de suite, je ne garantis rien. Oui, parce que ça fait plus sérieux que de dire que j’ai envie de faire pi-pi. D’accord, c’est un peu capillotracté mais il y a des jours, on fait de qu’on peut comme on peut.