C’est peut-être parce que je vais plutôt bien, ces deux ou trois derniers jours que je ne fais que râler. Que rien ne me va. Comme si j’avais besoin quelque chose n’aille pas bien pour compenser le fait que je n’aie pas de problème majeur. Si ce n’est pas malheureux, ça… Je peste contre le jury de Danse avec les Stars qui sur-notent Camille Lacour mais sous-notent Tatiana Silva (c’est ça, son nom ?) Je me fous de savoir que Johnny Hallyday est hospitalisé et qu’il va sortir bientôt. Je ronchonne déjà à cause de toutes ces décorations de Noël qui commencent à nous envahir, cassant la magie de quand j’étais petit et que ça ne durait qu’une quinzaine de jours voire trois semaines et non pas deux mois. Ma patience envers tout ça est soluble dans le temps qui passe.

Alors, pour me changer les idées et pour donner un coup de main au patron, le dimanche, depuis quelques semaines, je vais promener les chiens. Il prend Alfie, un peu névrosé, un vieux chien qui ne supporte que d’être tenu par un de ses deux maîtres et je prends la petite Kali, deux ans et demi, un peu fofolle, qui a beaucoup de moi : elle aime être devant tout le monde, tout le temps et aller plus vite que la musique, tout le temps aussi. Et en plus, elle est tellement chouette, physiquement, elle est craquante, toute de gris avec des nuances de noir et de blanc éparpillés çà et là alors que moi je suis surtout avec des cheveux blancs mais presque plus d’autres. Et en avant, nous allons sur la dalle de Mériadeck, là où il n’y a pas de voiture.

Tout à l’heure, nous avons croisé une famille avec le père, la mère et un adolescent un peu boutonneux avec des grosses lunettes, le genre pas sexy qui doit en baver, à son âge d’avoir un physique ingrat mais quelque part, on s’en fout un peu. Je ne le connais pas. Pas plus que ses parents. Et la dame, elle a regardé Kali et elle a fait : oh le petit chien comme il est mignon ! Moi, j’ai fait ttt, ttt, ttt avec ma langue sur les dents du haut tout en tirant la chienne vers moi. La dame a dû penser que je ne voulais pas que Kali aille vers elle. Alors que pas du tout : je ne voulais pas qu’elle la touche en pensant que c’était un petit chien mignon alors que c’est une petite chienne. Et moi, je ne me suis pas permis d’aller vers son fils en voulant le caresser : oh qu’il est mignon. Car là, ce n’était pas vrai du tout.