Cher Papa Noël,

Cette année, pour Noël, j’aimerais beaucoup avoir la poupée Barbipute qui vient juste de sortir car j’aimerais beaucoup être dans les premières petites filles sages à l’avoir pour pouvoir jouer très, très vite avec. Au cas où tu ne serais pas tout à fait au courant, Barbipute, c’est une poupée un peu très, très jolie mais très provocante (à moins que ça ne soit l’inverse ?) et le but du jeu, c’est qu’elle se fait harcelée par un porc avant qu’on le balance sur Internet. Merci beaucoup d’avance, je suis très, très impatiente, chez Papa Noël.

 

Cher Père Noël,

Moi, ah ouais, comme j’ai été sage, enfin, c’est ce que j’ai décidé de t’écrire, je voudrais avoir un Roboporc avec plein d’armes qu’on peut avoir sans permis, un gros paquet et plein d’idées cochonnes. Comme ça, je pourrai jouer à celui qui veut tuer tout le monde et en plus, si ma sœur m’embête avec sa Barbipute, mon Roboporc viendra lui tripoter ses faux petits nichons. Au cas où tu ne le saurais pas, Roboporc, c’est comme GI Joe mais avec une tête de beauf, un peu comme tonton Georges. D’ailleurs, Tonton Georges, je me demande s’il n’a pas servi de modèle. Et je ne te dis pas tout. Salut, mec.

 

Chers neveu et nièce,

Je suis tombé par hasard sur vos deux lettres au Père Noël et si j’applaudis des deux mains (non, d’une seule, en fait !...) le choix de ma petite Kimberley (tu es ma chouchoute, ma poule, tu le sais, hein, mignonne ?), je suis très choqué de lire ce que tu as écrit, Kévin. Je suis même plus que choqué, je suis très en colère contre toi. Et là, je ne sais pas si je vais en parler à tes parents mais je pense qu’il va y avoir des représailles. Laisse-moi juste le temps de terminer mon pack de bières et je vais venir te voir dans ta chambre et là, je mettrai mes poings sur tes « i ». Signé : Tonton Georges.