Ben oui, quand on n’a pas de chauffage, on est bien obligé de consulter le thermostat régulièrement pour voir si on n’est pas en train de rêver qu’on a froid. Ou pour vérifier qu’on n’a pas changé et qu’on n’est pas devenu esquimau. Ce n’est pas parce que ça ne se voit pas à l’extérieur, que rien ne s’est transformé à l’intérieur. Je n’ai pas l’habitude d’avoir les extrémités froides mais là, je peux vous dire que les mains et les pieds, ce n’est rien de le dire. Le nez, n’en parlons pas. Le front, lui ça va, je crois. Le sexe ? Joker !

Du coup, ce n’est pas tant par plaisir ni envie d’y aller, que je suis content de partir à la salle de gym pour le cours avec Vincent, le coach que nous nous offrons avec le patron mais surtout parce que là-bas, j’aurai moins l’impression d’avoir froid qu’ici. En ce bas monde, mon appartement du cinquième étage sans doute bien trop haut pour que la chaleur, cette grosse feignasse fasse l’effort pour venir m’apporter un peu de réconfort. Elle n’a pas envie de jouer à l’auvergnat. Elle n’a pas envie de m’apporter quatre bouts de bois…

Tant pis, je fais avec. Ou plutôt sans. Avec un peu de chance, il ne me reste plus qu’un jour à tenir avant la cryogénisation. Non, je plaisante. Plus qu’un jour à tenir avant l’intervention du chauffagiste qui nous fait déjà attendre depuis plus d’une semaine. Comme si, lors de températures hivernales, il ne pouvait pas y avoir de caractère d’urgence pour qu’il réagisse. Ce con. En tout cas, moi qui n’aime pas les grosses chaleurs, là, soudain, je les regrette. Je me souviens soudain de l’été dernier et de ces quelques pics de température. Mais où sont mes canicules d’antan ?

Je préfère avoir froid que chaud mais pas froid comme en ce moment. Devant l’ordinateur, à table, sur le canapé pour lire ou regarder la télévision, c’est vraiment juste. Mais j’aimerais bien avoir juste 0.5° de plus, atteindre la perfection avec un joli 20/20. En tout cas, je crois que j’ai bien fait de me positionner sur une incinération pour quand je ne serai plus là car si on m’avait proposé la glaciation, je me rends compte, là, en ce moment, que je ne sais pas si j’aurais pu le supporter. Alors, entre les deux, entre une crémation et une cryogénisation, il y a bien un juste milieu, non ?

Peut-être qu’entre ces cinquante degrés d’écart, ces cinquante nuances de degrés, on pourrait trouver un terrain d’entente. Un arrangement. Et ensuite, on pourrait fêter ça autour d’un feu de camp. Ou devant mon four, si je le mets à en mode grill, ça devrait chauffer très vite. Non, je plaisante, évidemment. Mais je peux vous dire que si demain ça n’est pas réparé, le chauffagiste, il n’a pas intérêt à croiser mon chemin. Il apprendra alors à ses dépens, qu’avec moi, la vengeance est un plat qui se mange très, très, très froid.