C’était vraiment sympa, ce dîner chez Bernard. Il sait recevoir, on ne peut pas lui reprocher ça. Bon, c’est vrai que je n’aime pas trop son appartement, je le trouve un peu chargé, un peu trop chargé. Comme le nôtre, avant qu’on déménage. Maintenant, moi, depuis que je vis dans un immeuble neuf (il a juste un peu plus de deux ans) et que je suis dans un appartement très lumineux, très clair, tout blanc et tout et tout, j’ai du mal avec ceux qui sont dans un environnement plein de couleurs, de meubles en bois et d’objets à qui mieux-mieux. Et comme il n’a pas beaucoup de fenêtres…

À part ça, ce qui reste un détail puisqu’on n’habite pas chez lui, vu qu’on n’habite pas avec lui, il sait recevoir. Regarde le temps qu’il a dû passer à tout préparer parce qu’on ne peut pas tricher à ce niveau-là, tout était fait maison, c’est sûr. C’est incontestable. Ça s’est même vachement senti quand on a mangé. C’était à base de produits frais et pas du bas de gamme. Il s’est vraiment fendu, je me suis régalé. J’ai tout aimé à l’apéritif. Bon, le champagne, je suis client, donc, ça me fait toujours plaisir. Les mises en bouche étaient vraiment délicieuses, délicates et raffinées.

Son entrée était un régal et le dessert, n’en parlons pas, moi qui suis plutôt un bec salé qu’un bec sucré, j’aurais pu m’en faire péter la panse, de son dessert. Ces fruits, cette crème onctueuse et ces parfums que je n’ai pas découverts avant qu’il ne nous les dise… Non vraiment. Et en plus, il a l’air d’aller plutôt bien, non. On ne dirait jamais qu’il est passé sur le billard, il y a juste deux mois. Oui, justement, c’est là que j’ai un peu tiqué. Déjà que je ne suis pas très abats… Mais franchement, des ris de veau, de la part de quelqu’un qui s’est fait retirer la prostate, je me demande…