Bonjour, mon petit. Oh mais qu’est-ce que tu as changé depuis la dernière fois que je t’ai vu !... Je en sais pas si on peut toujours dire que tu es mignon, non, tu n’es pas laid, tu es juste un peu… un peu trop… comment dire ? Je vais d’abord en parler à tes parents et je reviens, tu m’attends, hein ? Oui, vous ne trouvez pas qu’il est en surcharge pondérale ? En surpoids, quoi ! Il faudrait faire attention, je ne dis pas ça pour moi mais je dis ça pour lui, évidemment. Avec les risques de moqueries des autres et surtout, le pire, les risques de maladies liées au poids. Non, vraiment, vous devriez faire attention. Je ne vais pas lui donner la boîte de chocolats que j’avais achetée pour lui, d’accord ? Je retourne le voir. Alors dis-moi, mon petit, qu’est-ce que tu veux faire quand tu seras gros ?

Bonjour mademoiselle. Excusez-moi de vous déranger mais comme je vois que vous êtes habillée très court, que vous êtes beaucoup maquillée et que vous semblez attendre quelque chose, là, sous le porche de cet immeuble. Quelque chose ou quelqu’un… Quelqu’un, peut-être ? Alors, comme ça fait plusieurs fois que je passe et que je repasse et que vous êtes toujours là, très mignonne, je me suis dit que peut-être… C’est un peu délicat à vous dire comme ça, de but en blanc. De pute en blanc, j’ai failli dire, c’est idiot mais c’est drôle. Pardonnez-moi, parfois, j’ai l’humour qui déraille. Je n’aurais pas dû. Oubliez ce que je viens de vous dire. Et si je peux me faire pardonner… Bien que j’aie encore une question à vous poser : combien prendrez-vous quand vous serez prostituée ?  

Bonjour papy ! Comment tu vas ? Non, je te demande comment tu vas ? Ah bon, je t’ai réveillé ? Désolé mais je ne pouvais venir qu’à cette heure-là. Je vois des amis, après, je ne peux pas rater la soirée qu’on a organisée alors je ne vais pas rester longtemps. Non, je ne vais pas rester longtemps. Je suis juste venu te dire bonjour et voir si tu allais mieux. Et si les gens s’occupaient bien de toi, ici. Ils sont gentils, au moins ? Les infirmières, elles sont gentilles avec toi ? Les infirmières, oui… Et le docteur aussi ? Tu prends bien tes médicaments ? Non, je te demande si tu prends bien tes médicaments ? Tu n’as pas ton sonotone ? Il est passé où ? Je te demande où il est, ton sonotone !? Bon tant pis… Dis-moi, papy, qu’est-ce que tu feras, qu’est-ce que tu veux faire quand tu seras mort ?