Et ça me fait penser à cette série animée des années 70, Aglaé et Sidonie. Et hormis leur prénom, je n’ai aucun souvenir de ces deux personnages. Aglaé et Sidonie, il me semble qu’il s’agissait de deux animaux, deux animaux de la ferme mais à part qu’il y avait une truie et une oie, c’est tout ce que me mémoire me permet de dire. Le reste, je l’ai complètement oublié. Et entre les deux, qui était Aglaé et qui était Sidonie ? Comme ça, sans réfléchir au-delà du bout de mon nez, j’ai envie de dire que la truie, c’était Aglaé et l’oie, Sidonie. Je trouve que ça leur va bien, ces prénoms, dans cet ordre-là.

Aglaé et Sidonie. Une cochonne et une oie blanche. Peut-être une mélenchoniste et une filloniste.  Mais peut-être mieux vaudrait-il ne pas se fier aux apparences. Si ça se trouve chez les cathos intégristes, il y a des grosses salopes et chez les insoumis, des femmes hyper prudes qui rougissent pour un rien. Comme quoi, hein, il faut bien de tout pour faire un monde. En tout cas, en évoquant ces deux animaux femelles, j’étais loin de m’imaginer parler, même brièvement, de ces deux camps battus au premier tour de la Présidentielle, en mai dernier. La vie est pleine de surprises.

Et mon cerveau aussi, il est plein de surprises. Car des fois, je n’arrive pas à me souvenir de quelque chose que je dois faire et d’autres fois, je ne pense qu’à ça tant que ça n’est pas fait. Et là, dans le doute, je m’étais mis un pense-bête (de la ferme ?) sur le clavier de mon ordinateur pour ne pas prendre le risque d’oublier : « il faudrait penser à prévenir Azaé » parce que le temps passe et ça commencer à presser, maintenant. Oui, d’accord, mais qui est Azaé ? Je vous le donne en mille. Moi je le sais, mais vous, je pense que ça va peut-être vous agacer un peu de ne pas savoir. Tant pis, hein ?