Comme à chaque fois que je sais que je ne vais partir quelque jour, je programme plusieurs billets à l’avance et ainsi, je peux profiter de mon temps libre en toute quiétude. Même si le mot quiétude ne peut plus vraiment faire partie de notre vocabulaire quotidien. D’ailleurs, c’est un peu le risque quand on prévoit d’écrire des textes à l’avance, c’est d’être coupé de la réalité. Et même si ça ne m’a pas empêché d’être très ému, bouleversé et solidaire des victimes et de leur famille, j’ai une pensée pour Barcelone, là. Deux jours après, mieux vaut tard que pas du tout. Que dire qu’on n’a pas encore déjà dit à ce sujet ? Que dire contre ces gros cons, ces gros porcs de terroristes probablement islamistes ?

Maintenant je voudrais juste revenir un instant sur le propos initial de ce billet : revenir à une (pas si) vieille  habitude : celle de prévoir plusieurs billets d’avance. Sans rendre la monnaie, jamais. Je n’ai pas trouvé mieux pour ne pas couper le fil ténu qui nous lie, mes pas du tout nombreux lecteurs et moi. Il n’y a que quand mon absence dure plus de trois jours que je ferme la porte de ce blog en prévenant que la concierge est dans l’escalier, que le facteur peut toujours sonner deux fois et qu’il n’y a plus d’abonné au numéro que vous avez demandé. Ça, ça arrive de moins en moins souvent mais ça ne va pas tarder à se reproduire. Entre le 10 et le 16 septembre, je serai en arrêt pour aller me reposer en Espagne.

Et là, forcément, je ne serai pas là. Pour personne. Pas même une phrase pour dire que tout va bien. Non, je baisserai le rideau de fer, je couperai l’eau et je vérifierai trois fois que j’ai bien éteint le gaz car on n’est jamais assez prudent. Alors, en attendant, je vais aller répéter un peu de farniente à Biscarrosse, pour changer. Mais n’y croyez pas que je n’y prends que du plaisir, d’aller là-bas tous les week-ends, en ce moment. Non, c’est aussi à des fins utilitaires : je fais l’intendant et le cuisinier. En échange de quoi, Claude et le patron me laisse dormir dans la chambre du haut, avec vue sur piscine et sur le golf. Le golf clair. Devant lequel je ne vois pas danser la mer vu qu’il est dans une forêt. Tout simplement.