Un panneau de sens interdits, ça veut dire qu’on n’a pas le droit de ressentir quoique ce soit de plaisant dans certaines situations :

Devant les feux de forêts qui éradiquent notre nature comme si elle avait bien besoin de ça. À se demander si on ne devrait pas voter une loi du Talion dans certains cas : tu aimes le feu, tu aimes allumer des brasiers dans des arbres en plein été ? Tu n’as pas conscience que c’est gravissime ? Tu es puni et tu te verras brûler au deuxième degré sur tout le corps pour t’apprendre que le feu, ça n’est pas agréable du tout.

Devant des djihadistes, certains qu’ils sont, les imbéciles, de détenir une certaine vérité qui leur autoriserait à avoir un droit de vie et de mort sur des mécréants, à leurs yeux, choisis au hasard. Ils n’aiment pas le cochon, trop impur pour eux (qui l’est réellement dans les deux ?), on devrait les enfermer dans des élevages porcins pour qu’ils s’occupent d’eux 24/24 et ensuite, ça les ramènerait sans doute un peu les pieds sur terre.

Devant les industriels alimentaires qui savent qu’ils nous rendent malades avec leurs produits en nous les imposant et, pire, en nous faisant croire qu’ils sont très bons et même mieux, très bons pour la santé. On devrait les obliger à en manger tous les jours, matin, midi et soir, jusqu’à ce qu’ils découvrent qu’ils sont atteints de certaines maladies pas toujours drôles. Qu’on leur parasite leurs glandes endocriniennes avec leurs propres productions.

Quant à moi, je jure, devant Dieu, qui n’existe pas, que je n’ai pris aucun plaisir à parler de tout ça. Je sais très bien que je suis dans un moment où celui des sens est interdit.