J’adore ça, regarder celle qui est là, sous mes yeux. Prendre mon temps pour l’observer. C’est un plaisir que j’aurais bien du mal à décrire. Tout ce que je peux dire, c’est que c’est totalement jouissif. Je me régale. À chaque fois qu’elle arrive en haut, elle retombe et inlassablement, elle recommence. Le mythe de Sisyphe, quoi. Attendez une seconde, il y en a un qui vient de me passer sous le nez. Je reviens. T’en vas pas, petite, j’en ai pour quelques secondes. Une dizaine, tout au plus. Je suis assez rapide quand il s’agit de mettre la main à la patte pour les tuer.

Clap ! Et un de moins…

Me revoilà. Me voilà de nouveau devant ce spectacle toujours aussi jubilatoire : la voir monter, tenter d’arriver en haut avant de tomber et de recommencer, encore et encore et encore et toujours. La pauvre, elle commence à fatiguer. Je ne sais pas si elle a conscience que c’est son chemin de croix. Qu’elle ne s’en remettra jamais. Que ses minutes sont comptées. Mais moi, je le sais. Et c’est ça qui me procure ce plaisir un peu sadique mais totalement assumé. Après tout, ça ne mange pas de pain, hein ? Et je suis chez moi, je fais ce que je veux.

Clap ! Et un autre de moins…

J’en ai vu passer un autre. Alors, ni une, ni deux, je n’y suis pas allé par quatre chemins. Sauf que là, j’ai failli le rater. Mais je l’ai eu. Ça en fera toujours deux de mois. Ils n’ont qu’à pas s’obstiner à venir chez moi. Normalement, c’est interdit. Ce n’est donc pas mal faute s’ils essaient. Comme elle. Elle est entrée et elle a cru pouvoir s’en sortir. Sauf que moi, c’est mal me connaître. Quand on pénètre chez moi, c’est garanti sur facture qu’on n’en ressort jamais vivant. Surtout eux. Je ne les aime pas. Ils me rendent dingues. Dès que j’en vois une. Ou dès que j’en vois passer un.

Clap ! Et encore un…

Il m’a donné du fil à retordre, celui-là. J’avais du mal à le suivre des yeux mais à un moment, au bout de la troisième ou quatrième tentative, j’ai fini par le prendre par surprise et je lui ai fait son affaire. Je vais donc retourner vers la fenêtre pour voir la suite de mon spectacle préféré. Mais elle est où ? Où est-elle passée ? Mince, elle est par terre. Je crois qu’elle est morte. Elle ne bouge plus. C’est dommage, je n’ai pas pu assister à son agonie finale. En tout cas, trois moucherons et une mouche de moins. C’est une bonne journée. Vraiment.