Pour commencer, Stéphane, tu vas t’installer confortablement dans un fauteuil ou un canapé, un endroit où tu te sens bien, où tu sais que tu peux être calme, le plus calme possible. Il vaut mieux que tu restes assis, le dos bien calé et les mains sur les cuisses. Ça, c’est la position idéale mais si tu préfères t’asseoir d’une autre manière, tu peux le faire, à condition d’être à l’aise et surtout, ne pas t’allonger. Le but n’est pas de dormir mais de te détendre. Ce qui remplacera largement une sieste.

Tu peux laisser la musique en sourdine mais à condition que ça ne soit que de la musique douce, propice au bien-être et je vais baisser un peu tes volets pour que la luminosité ne soit pas trop violente. Et tu vas fermer les yeux. Tu écoutes ma voix, le reste, ce n’est que de l’environnement, le plus doux possible, ce qui compte, c’est ma voix, c’est que tu m’écoutes. Que tu m’entendes.

Je vais t’aider à te connecter à toi-même. Ça va te permettre de te relaxer au maximum que cela soit possible. Tu as des ressources insoupçonnées en toi pour te libérer de ton stress et de ta fatigue. Si tu es installé comme il faut, tu commences à relâcher les muscles de tes jambes et tu respires, lentement, régulièrement. Et tu respires. Lentement. Régulièrement. Lentement. Régulièrement…

Quand tu sens tes jambes bien détendues, tu relâches tes fessiers. Tu penses à chaque partie de ton corps dont je t’ai déjà parlé. Tu prends conscience de ton être. Physiquement et spirituellement. Physiquement, tu vas commencer à ressentir une certaine lourdeur, pas désagréable. Tout en continuant de respirer. Lentement. Régulièrement. Tu entres dans une demi-conscience et tu es bien.  

Cette espèce de pesanteur va gagner progressivement ton esprit et le reste de ton corps. Ta tête lâche prise, elle aussi. Tu ne penses à rien. Tu essaies de ne penser à rien. Cette lourdeur qui t’envahit t’apaise et te fait du bien. T’apaise et te fait du bien. Et normalement, tu dois commencer à ressentir une certaine chaleur. C’est normal, c’est que tu réagis bien à ce que ton corps te dit.

Tu as arrêté de penser à toutes ces choses du quotidien qui te polluent. Tu es en train de prendre de la hauteur. De la profondeur. Lentement. Régulièrement. Et tu te sens bien. Tu te sens si bien. Comme jamais. Tu continues de te laisser aller. Et ne t’inquiète pas pour ta main droite, si elle se soulève, c’est que tu es en transe. C’est normal. Si elle bouge, c’est normal aussi. Tout est normal.

Et là, maintenant que tu es dans cet état, de bien être, tu vas prendre le relais de ma voix et tu vas te guider tout seul vers un état de plus grande béatitude. Et tu vas continuer de te laisser aller. Lentement. Régulièrement. Zzz… Sans tomber dans le sommeil. Reste en surface. Surtout, ne tombe pas dans l’inconscience. Zzz… Reste maître de la situa… Zzzzzzzz Zzzzzzz Zzzzzz Zzzzz Zzzzzz…