Oui, la réponse est oui. J’ai pu trouver des accras, vendredi, pour les apporter à St Maixent chez les parents et j’ai super bien fait de m’obstiner à en chercher car, je vous le rappelle, on est tombé en rupture, là où je travaille et ça m’a un peu désemparé. Heureusement, à Auchan Lac, il y en avait 6 barquettes de 200 grammes de disponibles à la vente. Autant vous dire que j’ai vite fait le compte : 6 fois 200 grammes, ça fait 1,2 kilo et ça sera parfait. Comme ce sont des petits conditionnements, on ne pourra ouvrir que ce dont on pense avoir assez pour accompagner un ou plusieurs apéritifs. Et le reste, maman pourra le mettre au congélateur. Ça se garde très bien de cette façon.

Et ça nous permettait de ne pas nous gaver au point d’en avoir marre, si nous ne mangions pas que ça parce que des accras midi et soir pendant deux jours, j’avais un peu peur que ça ne soit vite limite l’overdose. En tout cas, j’étais content de moi. Parce que je n’ai pas eu à courir tout Bordeaux pour avoir de ces accras-là. Là où je travaille, on en vend de deux fournisseurs différents dont un que je n’aime pas du tout. Sinon, je me serais rabattu sur l’autre Auchan, celui de Mériadeck, au centre-ville et en désespoir de cause, si je n’en avais pas trouvé, j’aurais dit à ma mère que : hélas, hélas, hélas, c’est ma très grande faute et que je méritais bien une bonne correction.

Au vu des 6 petites barquettes, maman m’a dit qu’à la limite, j’aurais pu ne pas en apporter vu tout ce qu’il y avait d’autre à manger, à picorer pour les apéritifs à venir. Écoute, ils sont là, on les garde et de toute façon, tu vas en congeler, alors rien ne sera perdu. Et ainsi soit-il et ainsi en sera-t-il. Amen. Sauf que… sauf que… à chaque apéritif, on a mangé plein de choses sauf des accras. Ça ne m’a pas forcément manqué mais je me suis dit que c’était bien la peine, tiens… Que je me fasse du mouron… Je m’en fous, je pourrai en avoir et en manger quasiment quand je voudrai, alors… La seule chose qui me console, c’est que chez les parents, ils vont pouvoir en sortir de temps en temps du congélateur.