Comme un disque, j’ai tout rayé, comme un disque, j’ai tout rayé, comme un disque, j’ai tout rayé, comme un disque, j’ai tout rayé, comme un disque, j’ai tout rayé, comme un disque, j’ai tout rayé, comme un disque, j’ai tout rayé…

Pourtant, je suis tout à fait d’accord avec lui. Il faut savoir (peut-être apprendre) à se hisser à la hauteur du moment. Sauf que le moment, aujourd’hui, pour moi, il est mal choisi. D’accord, certains pourront toujours me rétorquer que c’est un alibi pour me faire porter pâle mais non, je vous jure qu’il n’y a pas besoin de me porter pour cela, j’y arrive très bien tout seul. En plus, j’ai trop chaud, il fait trop chaud et je n’ai rien à dire. J’ai trop mal à la tête.

À la hauteur d’un moment plutôt bas… Trop fastoche, ai-je envie de dire. Mais je sais très bien que ce n’est pas de ce moment d’aujourd’hui dont il est question. Alors, je vais juste dire que je vais faire comme pour l’annonce de la composition du gouvernement, je vais tout reporter à demain et d’ici là, prendre une journée de RTT mentale, physique et intellectuelle. Il y a des jours comme ça… Eh bien tant pis, hein ? Tout finira bien par arriver à ceux qui savent attendre…

Pourquoi ce mal de tête aujourd’hui ? Je me le demande et je me le reproche. Si ça se trouve, s’il n’avait pas été là, allez savoir si Édouard Philippe n’aurait pas respecté l’engagement premier pour l’annonce de son gouvernement. Si ça se trouve, ma migraine a influencé le cours des choses et j’en ai à peine conscience. Du coup, tout ce que j’avais écrit, tout à l’heure, finalement, comme je n’en étais pas vraiment satisfait, j’ai fini par tout supprimé.

Comme un disque, j’ai tout rayé, comme un disque, j’ai tout rayé, comme un disque, j’ai tout rayé, comme un disque, j’ai tout rayé, comme un disque, j’ai tout rayé, comme un disque, j’ai tout rayé, comme un disque, j’ai tout rayé…