Madame La Haine, c’est vous qui avez été tirée au sort, c’est donc vous qui commencez.

Tout d’abord, je ne suis pas d’accord avec lui, le petit blanc bec de mes deux. C’est un membre permanent de la secte des islamo-financiers et son projet n’est pas bon pour notre pays, notre pays qu’il n’aime pas, ça se voit, il a tout d’un faux jeton et si ça se trouve, en plus, c’est un cafteur.

Monsieur Maquereau, vous pouvez répondre.

Ce que je remarque, c’est que madame La Haine ne propose rien d’autre que des injures. Comment peut-on alors lui faire confiance vu que tout le reste est vide.

Ta gueule, petite bite !

Vous voyez, on est dans l’invective la plus élémentaire. De toute façon, au-delà, ce n’est plus de son niveau.

Non mais vous pourriez rester poli, petit merdeux !

Madame La Haine, restons sur le débat d’idées, on n'est pas dans un combat de boxe.

De toute façon, petite bite, mon père en a une bien plus grosse que la tienne alors tu sais où tu peux te la mettre ?

Essayez d’être un peu courtoise sinon, je vais vous tirer la langue, vous ne dites que des bêtises. Des bêtises grosses comme vous. Ce n’est pas peu dire.

En plus, ta femme, elle est vieille, elle est moche, c’est une fausse blonde et tu n’auras jamais d’enfant avec elle.

Madame La Haine, ce n’est pas une raison pour être méchante, s’il vous pl…

Ta gueule, le journaliste qui ressemble à Maquereau, propre sur lui, gendre idéal et tout et tout. Les mecs comme vous, je suis sûr qu’ils sont pédés et moi, mon père, les pédés, il les encule !

Bravo, madame La Haine, on atteint des sommets !

Les sommets de ton trou du cul, pauvre minable. Toujours à plat vendre. À attendre que madame Frida Oum Papa lui dise qu’il peut lever la tête vers elle, le pauvre petit. Il faut qu’on le prenne par la main, tout le temps. Tu veux qu’on te change ta couche, bébé des Pays-Bas ?

Madame La Haine, un peu de tenue, s’il vous plaît, je voudrais juste vous dire que dans mon programme, je veux réconcilier tout le monde...

Oui, c’est ça, trouduc, toi, c’est Bisounours et tu crois que tout le monde va se faire la bise parce que tu l’auras demandé ? Dans ta gueule, oui !

Maintenant, ça suffit, vous êtes grossière et on n’est pas là pour ça !

Non, mais vous avez vu, il m’insulte, en plus ! Ah mais ça ne va pas se passer comme ça. Mes potes de la milice, tu vas voir, quand t’attendront à la sortie, tout à l’heure, tu vas voir ce que tu vas prendre.

Des menaces ?

Non, pas des menaces, blanc bec, ce sont des roses. Mais qu'il est con, c'est pas Dieu possible ! Attention aux épines, tu risques de te faire mal.

Madame La haine, monsieur Maquereau, c’est l’heure de conclure. Un petit mot chacun ?

Je l’emmerde le petit chétif, là. Votez pas pour lui. Ça vous mènera à rien.

Moi, je voudrais dire que…

Madame La Haine, pourquoi l’avez-vous assommé avec votre sac à main ?

Je suis désolée, je l’avais pas vu. Il est tellement insignifiant, le microbe, là.

Non, monsieur Maquereau,  ne vous jetez pas sur elle. Non, arrêtez ! Tous les deux, arrêtez !