Évidemment, j’ai bel et bien succombé. J’ai fait un écart de conduite vis-à-vis de mon Captur en allant essayer une Ford B-Max, la voiture qui a deux ailes à l’arrière mais qui ne vole pas. Elle est juste très adaptée à mon hyperactivité et à mon besoin d’aller toujours un peu plus vite que les autres. Parce que le modèle de Captur que j’ai acheté, il y a un an et demi, ce n’était pas un modèle assez puissant pour moi. Je ne m’en suis pas rendu compte tout absorbé par le coup de foudre ressenti pour cette voiture, quand je l’ai vue. Vous savez, au premier regard, vous avez les yeux qui sortent de leur orbite et vous avez le cœur qui bat la chamade. C’est elle que je voulais.

Je continue de trouver le Captur, mon Captur très beau, très séduisant. Tant à l’extérieur qu’à l’intérieur et je continue de me sentir bien dedans. En confiance mais c’est une voiture pour retraité, quand elle ne fait que 90 chevaux, moi, j’ai besoin d’en avoir sous le capot, d’en avoir dans la culotte même si ce n’est pas la taille qui compte, comme on a l’habitude de le dire dès que ça arrange ceux qui le disent. Moi, je pense que la taille, ça compte un peu aussi. Voire beaucoup. Alors, ma belle, alors, mon beau, sache que nous nous sommes tant aimés, certes mais que nous allons nous séparer dans un peu plus de deux mois, quand je recevrai le B-Max.

Et pourtant, je suis loin d’avoir eu le cœur qui bat pour ce dernier. Je le trouve beaucoup plus banal, d’extérieur, beaucoup moins plaisant, dedans mais voilà, rien qu’en appuyant sur la bonne pédale et en changeant de vitesse, je me suis senti propulsé à une vitesse qui me convient parfaitement. Et sa taille est correcte. Et son plus, son vrai plus, qui m’a fait craquer et qui a beaucoup plu au président, aussi, ce sont ses deux portières arrière qui s’ouvrent en coulissant et qui lui donne un air très léger, prêt à s’envoler. Voilà, j’ai donc succombé et je devrai l’avoir courant juin. D’ici là, nous terminerons notre histoire d’amour avec Captur et je vais avoir un peu de temps pour lui trouver un nouveau partenaire ou une famille d’accueil sympathique.