Maintenant que je me suis fait une pause sur l’aire d’autoroute de Gruyère en Suisse, la semaine dernière, je peux affirmer que je maîtrise bien le sujet et je peux donc vous confirmer que le gruyère suisse n’a pas de trous. La seule chose sur laquelle j’hésite, c’est : dois-je mettre un « s » à trou(s) s’il n’y en a pas ? Probablement qu’il faut en mettre un car s’il y en a, des trous, il y en a forcément plus d’un.

La confusion des genres, pas chère à Ludovine de la Rochère ni à Christine Boutin, vient du fait qu’en France, on a tendance à appeler gruyère tous les fromages comme l’emmental voire tout autre fromage râpé alors que ça n’a rien à voir, circulez. Même par le petit trou de la lorgnette. Donc, CQFD, si nous voulons parler correctement la langue des produits laitiers, appelons gruyère ce qui en est et emmental ce qui en est, enfin, vous me comprenez comme moi, je me comprends, j’espère.

Le problème de cette confusion vient très certainement du fait que l’emmental n’a pas d’A.O.C. et donc, peut être produit partout, même en Guyane (vous avez vu l’allusion à l’actualité ?) alors que le vrai gruyère, qui se respecte comme il se doit (pas pour mettre dans les trous puisqu’il n’y en a pas, je vous dis !), est lui un fromage dont on connaît parfaitement la région d’origine : celle de Gruyères en Suisse. Sinon, pour en trouver du vrai, d’ailleurs, c’est râpé, je crois.

Maintenant, si l’on parle de ce fromage à manger et/ou à cuire qui a des trous, appelons-le Emmental, on peut se demander d’où viennent ces trous, justement. Ceux qui croient que la marmotte emballe le chocolat dans des feuilles d’aluminium, pourront aisément croire que c’est un poinçonneur qui vient perforer la meule afin de faire parler les curieux. Non, que nenni, il s’agit tout simplement de l’air qui vient des particules de foin qu’ont mangé les vaches laitières.

Après, on est encore en droit de se demander si un Emmental peut avoir des trous de mémoire s’il ne se plus pourquoi il a des trous. Alors qu’un gruyère suisse n’aura jamais ce problème. Vu qu’il n’en a pas, des trous. Et enfin, il faut savoir qu’à quelques kilomètres de Gruyères, en Suisse, il y a un tout petit patelin qui s’appelle Bulle. Ça ne s’invente pas. Et si je vous dis que c’est un trou perdu, vous ne trouvez pas que c’est le comble de l’ironie ? Moi, oui.