C’est bien les index annuels pour les revues de cuisine car quand on en conserve tous les numéros, au moins, si on cherche une recette, on n’a pas bien loin à aller et on ne perd pas beaucoup de temps. Sauf que moi, au lieu de collectionner les mensuels que j’achète, je déchire les pages de ce qui m’intéresse a priori le plus et je les entasse dans des boîtes, en vrac, sans ordre et là, je crois qu’il faudrait que je me fasse un index personnel car va-t’en retrouver la tarte aux endives à servir en dessert sucré (avec du miel et de la cassonade) dans toutes ces piles de feuilles volantes.

Si encore j’avais certains pouvoirs de Mary Poppins, je pourrais éventuellement claquer des doigts et hop, le tour serait joué. Genre : clac, clac (double claquement de doigts) endives, tarte, dessert, clac, clac (nouveau double claquement de doigts) et trois secondes plus tard, la recette sortirait toute seule de l’une des boîtes dans laquelle est doit forcément être et viendrait se poser soit près de mon ordinateur, soit sur le plan de travail de la cuisine. Il ne me resterait alors plus qu’à la lire, lister les ingrédients à acheter et à confectionner le dessert en question avant de faire le travail en sens inverse : clac, clac, rangement dans la boîte, clac, clac.

Là, en l’occurrence, je n’ai pas de pouvoir magique et je vous passe l’allusion à ma baguette magique, ce qui serait complètement dépassé et malvenu même si c’est vrai, pourtant que j’ai une baguette magique. Avec plein d’autres accessoires pour jouer au prestidigitateur mais ça, c’est une autre histoire. Ma baguette magique, elle se transforme en foulard et inversement. Mais je ne peux pas dévoiler le truc, ça ne se fait pas. C’est comme cet autre foulard que je fais apparaître de mes mains nues et vides. Ça fait toujours son effet. J’aime bien le faire, ce tour-là.

Un des rares autres que je sais réussir, c’est celui où je fais sortir d’un sac vide plusieurs boîtes transparentes avec des fleurs artificielles dedans. Là encore beaucoup d’effet mais c’est tout. Les autres tours que j’ai tenté de réaliser, pour les noces d’or de mes parents, il y a dix ans, je les ai quasiment tous ratés. Ce n’était pas mon jour, ce soir-là, il faut croire. Enfin bon, tout ça pour dire que je n’ai pas de super pouvoirs. Ce qui n’a pas grand-chose à voir dans un billet sur les index annuels de recettes de magazines de cuisine. Enfin, pas vraiment.

Du coup, on va y revenir, à l’index que je viens de retrouver, dans un mensuel daté de janvier 2017 et je vais faire comme pour une loterie, citer les recettes qui me semblent plutôt bien. Côté amuse-bouche : paillettes de chorizo (n° 110), radis au saumon (n° 109) et crêpes verdurette (n° 107. Côté entrées : chaussons aux champignons (n° 111), crevettes vertes (n° 109) et verrines terre-mer (n°112.) Côté plats : riz aux gambas (n° 104), dinde au bacon et amandes (n° 112) et frittata d’automne (n° 111.) Côté desserts : coupe tourbillon (n° 106), sauté de fruits à la menthe (n° 109) et pudding aux raisins (n° 106.) Avouez que c’est chouette, de savoir ça, non ?