In medio stat virtus, c’est une citation latine qui signifie non pas “et au milieu, coule une rivière”, ni “faites-moi la raie au milieu, s’il vous plaît, monsieur le coiffeur » mais « la vertu est au milieu. » Oui, mais au milieu de quoi ? Au milieu de la rivière qui est au milieu ? Au milieu du crâne ? Non, la vérité est au centre, pas dans les extrêmes. Déjà, dans l’Antiquité, on savait cela alors pourquoi changer une équipe qui gagne depuis si longtemps ?

Au cas où certains ne le sauraient pas, hier, a eu lieu la manifestation de soutien à François F. (je ne cite pas son nom en entier pour qu’on arrête de lui taper dessus comme ça, on ne tire pas sur une ambulance) et il y aurait eu 50 000 participants d’après la police et 200 000 d’après les organisateurs dont Sens Commun (la Manif pour Tous, entre autres, pour faire simple), ça m’a fait beaucoup sourire jaune. Là encore, on n’était pas capable d’être honnête avec les chiffres ?

En même temps, tout n’est qu’une question de point de vue. L’autre jour, quand j’ai fait mon dîner avec les voisins, c’était le 11 février, pour être très précis, je peux vous dire que nous étions 2 d’après la police mais 11 selon les organisateurs (le président et moi) mais je peux vous dire, maintenant, avec le recul dont nous avions besoin pour pouvoir affirmer ça sans aucune contestation possible, que nous étions 5 à table. Vaisselle à l’appui en termes de preuve.

Ça prouve bien qu’entre les chiffres de la police et ceux des organisateurs, il y a un juste milieu où coule probablement une vérité qui pourrait être la vérité. Entre 50 000 et 200 000, pour faire plaisir à François F. et sa Pénélope de femme, mettons qu’il y avait 100 000 personnes et tout le monde devrait déjà être content de ce résultat alors que cette manifestation n’avait aucun sens si ce n’est celui de dérouter encore plus la majorité des français, celle qui n’a pas voté pour François F.

En même temps, vous voulez que je vous dise ? En même temps, maintenant, j’ai l’impression qu’on s’en fout un peu. C’est comme un feuilleton qu’on a trouvé plutôt intéressant lors de la diffusion des premiers épisodes mais là, avec tous ces rebondissements finalement assez attendus, on en a un peu assez. On a envie de zapper. Envie de passer à autre chose. Entre la droite et la gauche, si on ne veut pas choisir un extrême, il ne reste que la rivière qui coule au milieu des cheveux.