Encore une fois, je suis en veine, depuis quelques jours car là, en cumulé, en moins de deux semaines, j’en suis à huit centimes d’euro, en cinq prises. Les affaires reprennent mais si ça continue je vais être vraiment embêté avec tout cet argent que je ne souhaite pas déclarer aux impôts. Il va donc me falloir ruser et cette fois, compte tenu que j’avais mis mes précédents ramassages de côté, j’ai quasiment vingt centimes à placer quelque part où ça ne risque rien. Mais pas dans une banque en France. Non, je ne suis pas fou. Je sais très bien qu’ici, tout est contrôlé. Surtout pour les petites gens comme moi.

Justement, comme j’ai prévu d’aller passer quelques jours en Allemagne, dans un mois (du 19 au 24 mars, s’il y a des lecteurs que ça intéressent), j’étais en train de me demander si je ne pourrais pas passer par le Luxembourg. Il me semble bien que c’est encore pays où on peut placer des espèces à discrétion et en toute discrétion. Je crois qu’on ne peut plus vraiment parler de paradis fiscal pour le Grand-Duché à cause des accords bilatéraux entre autres avec la France font que c’est plus difficile qu’à l’époque où je n’avais pas les moyens de m’intéresser à la chose. Mais maintenant, c’est autre chose, je suis presque un pro en la matière.

Du coup, je sais comment je vais faire et je vais vous le dire, en espérant que personne des services du Fisc ne lira ce message : pour aller à Wiesbaden, je vais tout logiquement passer par Dijon et Nancy et à Metz, au lieu de continuer sur Sarrebruck, je vais continuer sur le Luxembourg et faire comme si je faisais du tourisme dans la vallée de la Moselle, la route des vins ou alors, une partie de la vallée de la Sure, comme il y a environ trente ans avec Bernard, Éliane et les Sedanaises. C’est une bonne idée, ça, la vallée de la Sure, je suis justement sûr que ça peut servir de couverture. D’ailleurs, nous y avions déjeuné, dans le coin, si je ne m’abuse…

Je me demande si ça n’était pas à Echternach. Si, c’était à Echternach. Maintenant, je m’en souviens bien. Il me semble que c’était une ville moyenne et donc, personne n’ira me contrôler là-bas. Je vais chercher un agent de change qui propose aussi des coffres individuels pour y déposer mon argent sale (je l’ai trouvé par terre, alors il ne peut pas être propre) et pas du tout gagné à la sueur de mon front. Pas un salaire d’emploi fictif, non, quand même, il ne faut pas exagérer non plus, ça ne serait pas assez cher payé, environ vingt centimes sur plusieurs semaines. Il faudrait que je demande à François et Pénélope comment ils ont fait, eux pour gagner plus. 

Je pense que c’est certainement plus facile d’entrer dans le Grand-Duché avec de l’argent, des espèces sur soi que d’en sortir. Donc, pour un certain temps, je le laisserai là-bas, ça me rapportera bien un petit quelque chose, non ? Et pour cette année, après cette escale à Echternach, je reprendrai ma route jusque chez Arnold. Deux heures de route en passant par Trêves. Et j’aurai enfin l’esprit allégé en sachant que j’ai de quoi m’assurer un bon complément de retraite, là-bas, au Luxembourg. Une poire pour la soif, comme on dit. À la limite de l’égalité, certes mais aujourd’hui, à voir ce qui se passe chez nos élus, hein ?!...