Je ne connais pas beaucoup de Philippe, je n’en ai pas souvent croisé et même des Philippe célèbres, je n’en ai pas beaucoup qui me viennent spontanément à l’esprit : Philippe Lacheau, dont j’ai parlé hier (Alibi.com), Philippe Geluck (créateur du génial Le Chat) et Philippe Pétain (maréchal, ne me voilà pas !) et pour en trouver d’autres, il me faut fermer les yeux, me concentrer totalement et faire attention à ne pas pousser trop fort, on ne sait jamais… Et là, j’essaie d’en trouver par catégories : chanteurs, acteurs, hommes politiques, écrivains, peintres… et j’ai beau chercher, ça ne vient pas tout seul. Alors, je force encore un peu plus.

Et là, soudain, j’en ai deux ou trois qui viennent : Philipe Katerine (J’adoooore mais pas que… non, des fois, pas trop), Philippe Douste-Blazy (où sont passés mes vingt et trente ans ?) et Philippe Seguin (pas celui de la chèvre, évidemment). Et avec ça, qu’est-ce que je vous sers ? Ma foi, pas grand-chose. À moins que… à moins que Philippe Candeloro et Philippe Bouvard, peut-être ? Mouais, ça en fait de deux plus mais franchement, quand on y regarde de plus près, il n’y a rien de glorieux, dans tout ce petit monde. Peut-être que celui qui sort le plus du lot, ça reste Philippe Katerine même si tout n’est pas bon dans ce qu’il fait. Et Geluck et Lacheau.

Dans ma vie personnelle, j’en ai connu très peu, des Philippe. Pas de souvenir précis d’en avoir eu en tant que collègues. Je me souviens juste du petit Philippe, connu quand je suis arrivé à Bordeaux, un gamin qui habitait près de chez moi et que j’ai vu trois ou quatre fois, gentil garçon. Nous avons notre voisin, nouveau président du conseil syndical. Et l’autre, celui que je connais le moins mais que j’ai trouvé fort sympathique, l’autre jour. Maintenant, il reste à savoir lequel pourrait avoir une araignée dans le slip. Je ne suis pas spécialement intime avec aucun des trois au point de pouvoir répondre précisément à cette question. Elle reste alors en suspens.