C’est ce que se disent tous les conducteurs qui voient le panneau correspondant. Enfin, la majorité d’entre eux. Parce qu’on en connaît certains, ils sont moins précautionneux du code de la route. Et ça se généralise. Les passages aux stops sans s’arrêter, idem aux feux rouges et je ne passerai pas sous silence les sens interdits pris quand même parce qu’il ne faut pas déconner, ça n’engage à rien de les prendre tant qu’il n’y a personne qui vient dans le sens contraire, le bon sens.

Dans l’immeuble de l’autre côté de la rue, c’est systématique, toutes les voitures qui sortent du parking prennent la rue Bourbon en sens interdit pour rattraper la rue Dupaty et rejoindre le cours Édouard Vaillant au lieu de faire le (grand) tour tel qu’on doit le faire. Ça m’énerve un peu, je dois le confesser. D’abord parce que je suis respectueux de ces parties-là du code de la route (je ne m’autorise que quelques excès de vitesse quand la circulation n’est pas trop chargée, je le reconnais…)

Ensuite, parce que ça participe au délitement général des valeurs : chacun fait ce qui lui plaît, plaît, plaît. Et tant pis si ça dérange les autres. Et enfin, parce que c’est comme ça. Je n’aime pas les gens qui se croient au-dessus des lois. Qui pensent que le soleil se lève et se couche dans leur nombril. Plutôt dans leur trou du cul, oui. Enfin voilà, aujourd’hui, je n’avais rien de particulier à dire d’autre. Parce que c’est ainsi. Et parce qu’il est encore temps de souhaiter ses bons vœux.

Alors, mesdames et messieurs les sans-gêne, je vous souhaite une bonne année. Que celle-ci vous apporte ces énormes satisfactions de ne pas respecter la loi. De ne pas payer dans le tramway, non plus. De ne pas laisser votre place aux gens plus âgés dans le même tram. De laisser votre chien faire sa grosse crotte dans la rue sans prendre le soin de l’enlever avec un sac en plastique. Savez-vous d’ailleurs que les crottes de chiens sur des pavés ou du bitume, ça ne sert pas de compost.

Et je souhaite une excellente année à toutes celles et à tous ceux qui téléphonent dans des lieux publics, en parlant très fort comme si leur vie pouvait intéresser les autres. Idem pour ceux qui ne savent pas mettre leurs sacs poubelles dans les containers prévus à cet effet. Pareil pour ceux qui ne comprennent pas le tri sélectif. En fait, je souhaite une bonne année à tous les incivilisés. Mais je ne leur souhaite pas du tout une bonne santé. On n’est pas obligé d’avoir les deux.