Hier, j’ai beaucoup hésité à écrire guiboles avec deux « L » ou guibolles avec un seul « L ».

C’est carrément étonnant comme parfois, on peut hésiter tant et tant sur une orthographe, sur une acception ou sur un accord… Là, en l’occurrence, c’était sur le nombre d’ « L ». En temps normal, quand j’ai besoin de fuir une situation, j’ai deux solutions : soit je fais l’autruche, soit je prends mes jambes à mon cou. Et dans ce dernier cas, je ne mets qu’un seul « L » à guiboles.

Alors que quand je fais l’autruche et que je continue à ne pas aimer ce qui m’arrive, si je me rends compte que la tête dans la terre et le cul en l’air, ça ne suffit pas à laisser passer les mauvaise s choses, je n’ai plus qu’une chose à faire, m’envoler pour un autre ailleurs, là où il n’y aura plus ce qui m’embête. Et là, je mets deux ailes à guibolles. Cela va de soie comme disait le petit ver.

Et en vous expliquant tout ça, je réalise combien c’est tout un art de savoir partir en courant. La tête haute même si ce sont les épaules qu’on a d’abord tendance à vouloir hausser. Et les épaules, comme les guiboles, même s’il y en a deux, ça ne prend qu’un seul « L » alors que l’aéroport Charles de Gaulle, ça en prend deux, des « L », ce qui est normal pour là où il y a des avions.

Et là, je vois vos airs un peu ahuris de me voir parti dans un de ces délires dont j’ai pu avoir le secret, de temps en temps. Si vous voulez m’accompagner dans mes (dé)raisonnements, vous n’avez qu’à suivre les flèches et non pas immédiatement penser à me faire passer une camisole (avec un seul « L ») de force, en me disant que je ne suis pas fou tout en pensant le contraire.

Après tout, on a bien le droit de faire le mariolle (avec deux « L ? ») de temps en temps car ça fait du bien quand on rigole (avec un seul « L ») quand on voit tout ce qui se passe autour de nous. Moi, parfois, quand je vis des journées molles (avec deux L), je n’ai pas d’autre choix que de dire des bêtises si je ne veux pas perdre complètement la boussole (avec un seul « L »).

Quoiqu’il en soit, je ne sais toujours pas combien en prennent guiboles et guibolles.