Il y a des gens qui n’ont pas de chance. Ils n’existent pas par rapport à leur département de résidence. Cette réflexion peut ne sembler pas très claire mais si, en vérité, je vous le dis, elle l’est. Je veux juste parler de ceux qui habitent un département dont il n’est pas connu de nom pour ses habitants.

Le premier concerné, également premier de la liste, c’est l’Ain. Il n’existe pas de nom officiel pour les habitants de l’Ain. Quelques propositions ont pourtant été faites : Inistes, Aineux ou Aindiens mais aucune n’a jamais vraiment été retenue et pour cause, ça ne fait pas rêver. Et moi, je me dis que c’est bizarre (tiens, j’ai dit bizarre, comme c’est curieux !) que personne n’a jamais pensé à faire la pirouette qui les ferait appeler les Premiers, ces habitants de l’Ain.

Il en est de même pour ceux qui vivent dans le 44, la Loire Atlantique. Franchement, avoir autant de promesses de voyages dans le nom d’un seul département et ne pas savoir comment nommer ses administrés, c’est un peu un comble. Il paraît qu’on a tendance à parler de Nantais. Et tant pis pour ceux qui ne vivent pas dans cette préfecture. Non, même moi, j’ai un peu de mal à proposer quelque chose qui tienne la route : les Atlanticoligériens ? Dommage, c’est un peu long, je trouve.

Pareil que pour la Loire-Atlantique, le Maine-et-Loire semble poser problème. Globalement, on parle d’angevins mais comme pour Nantes, c’est réduire tout un département à sa seule capitale. On évoque vaguement les Mainoligériens et si on me demande mon avis, ce que personne n’a fait mais je m’en moque, je vote pour. Après tout, c’est tellement proche des atlanticoligériens. J’aurais vraiment mauvaise grâce à ne pas le valider.

Après, ce qui est amusant, c’est de voir la complexité du nom des habitants de certains départements : les Axonais pour ceux de l’Aisne (qu’on aurait pu aussi appeler les Entregens), les Brétilliens pour ceux de l’Ille-et-Vilaine (qu’on aurait pu nommer les « Ilnestpasgentilles »), et les Icaunais pour ceux de l’Yonne (ce qui n’est pas très français, il vaut mieux dire : il connaît)… évidemment, j’en passe mais je ne vais pas refaire le monde un lundi matin, hein ?