Suite à la publication de mon billet d’hier, d’aucuns m’ont demandé (pas directement, c’est dommage) pourquoi j’ai surnommé Bernard, Bernard Kayak  et pas Bernard Martin ou Bernard Dupont ou Bernard Autrechose. Alors, que les choses soient claires, si tant est qu’il faille encore les expliquer : sans son assentiment, je ne pouvais décemment pas citer le vrai nom de ce copain sans prendre le risque que des gens qui liraient ce blog et qui le connaîtraient lui en feraient part et donc, il pourrait en être un peu marri. Parce qu’il ne sait pas que je tiens un blog quotidien, amen.

Donc, pas décence et par respect (à moins que ça ne soit l’inverse), j’ai préféré lui donner le pseudonyme de Kayak car si un jour, il m’arrive d’oublier son vrai nom, celui que je lui ai choisi, est un moyen mnémotechnique de m’en souvenir. Parce que comme son vrai nom est Canouet et que j’ai longtemps cru que c’était Canoet, Kayak me semblait plus qu’approprié. Et plutôt de bon aloi. Voire un peu drôle. Pour ne pas dire plus. Pardon ? Comment ça ? Mais non, je n’ai pas dit son vrai nom ? C’est vous qui inventez en lisant entre les lignes… Non mais sans blague !...

Franchement, vous me prêtez des propos qui n’ont réellement pas lieu d’être et ça me contrarie. Ça me contrarie car vraiment, on ne peut plus faire confiance à personne. C’est comme si vous me reprochiez de vous avoir donné son adresse, rue de Tivoli, alors que ça non plus, je ne me le permettrais jamais. Même sous la torture. On a des convictions ou on n’en a pas. Quoiqu’il en soit, ça va me gâcher la fin de ce dimanche, tout ça. Finalement, je me demande si les primaires des Républicains, ça n’était pas plus sympa, après tout. Je m’en fous, je n’ai pas voté. Je ne me suis pas senti concerné.