À partir de maintenant, j’ai quatorze minutes, pas une de plus, pour écrire mon billet du jour. Mon Dieu, si vous existez, donnez-nous notre billet quotidien… Amène…

Oui, parce que pendant quatorze minutes… zut, j’ai oublié de mettre le minuteur, justement, j’y vais, je reviens… voilà, ça, y est, c’est fait, là, je suis l’esprit tranquille pour les treize minutes qui restent. Je disais donc, avant de me couper moi-même, je disais donc que pendant quatorze minutes (peut-être douze, là…) je suis tranquille pour écrire un texte de quelques paragraphes. Sur quel sujet ? Je n’en sais rien. J’ai la tête vide. Comme je suis en pleine cuisine pour le dîner de ce soir, j’ai l’esprit occupé par une foule de détails. Alors, ce n’est pas à cet instant T que je vais me mettre à raconter ma vie, quand même, si ? D’autant que ça n’est pas vraiment mon genre.

Si je suis un peu à la bourre, si je suis autant pris par le temps, aujourd’hui, c’est que je crois (je n’en suis pas tout à fait sûr, il faudrait que j’enquête un peu mais je n’ai pas vraiment le temps, là), c’est que je crois que j’ai fait la sieste. Et encore, si seulement je n’avais fait qu’un petit somme réparateur… Non, j’ai dû dormir plus d’une heure et demie alors que j’aurais dû être aux taquets. Mais non, moi, là, tranquillement, comme si le monde allait tourner tout seul sans que j’intervienne, je me suis assoupi, d’abord, puis lourdement endormi, ensuite. Et quand je me suis réveillé, je me suis dit que franchement, ça m’avait fait du bien. Sauf quand j’ai vu l’heure qu’il était.

Alors, j’ai convoqué tous les autres qui sont dans ma tête et je leur ai dit que là, le compte à rebours était commencé et que j’avais moins de deux heures pour finir ce que je n’avais pas encore commencé : l’entrée, le plat et le dessert. Sans oublier l’apéritif. Deux heures, en gros, en long et en large. Ça n’est pas énorme, quand on y regarde de près. Deux heures pour tout faire et sans stresser si possible. Ça m’a fait penser à Un dîner presque parfait. Sauf qu’ici, chez moi, il n’y a pas de caméra de télévision. C’est déjà ça. Et donc, ça y est, mes autres dans ma tête et moi, nous nous y sommes mis quatre à quatre et nous avons bien avancé sauf que là, j’avais un peu moins d’un quart d’heure à attendre.

Alors, je suis venu écrire mon billet du jour. Pendant que mes chaussons aux crevettes et aux poireaux sont en train de dorer dans le four.