C’est cette nuit que nous avons tous changé d’heure. Quand je dis « tous », c’est au moins en France. Et peut-être dans quelques pays limitrophes. Nous avons vécu une nuit avec une heure supplémentaire, oui, ça, je vous l’accorde. Mais une heure supplémentaire à 25% ou à 50% ?

Moi, je dis que quand c’est l’automne et que ça sent l’hiver (vive le vent, vive le vent, vive le vendredi), il est de bon ton de dire que c’est cool car on va dormir une heure de plus. Mais est-ce vrai qu’on dort une heure de plus ? Regardez : si on se couche une heure plus tard mais qu’on se lève à la même heure d’été que d’habitude, on dort le même temps. Mais l’effet de la méthode Coué fonctionne car tout le monde est ravi comme s’il avait volé une heure au temps qui passe. Et qui vole une heure, est un vole-heure, non ?

Personnellement, j’aime bien l’automne et les jours qui raccourcissent (même là, cette année, j’ai fini par m’y faire – avec un peu de retard par rapport à avant – mais je m’y suis bel et bien fait) car ça permet de cocouner chez soi. Le soir tombe ? On s’enferme chez soi et on y est bien et on sait qu’une bonne couette nous enveloppera pour la nuit à venir. Une espèce de petit bonheur. Premier changement d’heur.

Moi, je dis que quand c’est le printemps et que ça sent l’été, ça sent surtout la canicule qui ne va pas tarder. Les moments où on ne pourra rien faire d’autre que prendre son mal en patience. C’est sympa les beaux jours, le soleil, le ciel bleu, les fleurs partout et les siestes sur la terrasse mais quand on ne peut pas respirer tant on crève de chaud, quand on transpire à n’en plus finir, quand on n’espère plus qu’une chose : que le thermomètre indique dix degrés de moins, je dis non, non et non. C’est une espèce de petit malheur tous les ans renouvelé. Deuxième changement d’heur.

Il existe donc deux sortes d’heurs : le bon et le mal. Mais comme chacun voit midi à sa porte (à condition que…) et les heurs sont donc comme les grés. Comprenne qui voudra. Ou qui pourra. Moi, je pense que je n’ai toujours pas eu mon compte d’heures de sommeil. Nonobstant tous ces changements dont le dernier en date.