On sait bien, je sais très bien que les cheveux des femmes sont importants mais limite obscènes, pour les islamistes. C’est pourquoi, tout à l’heure, alors que je voyais des femmes, des jeunes filles adolescentes voilées, dans le film « Le ciel attendra », c’est pourquoi je me suis demandé pourquoi elles ne se font pas tondre ou pourquoi on ne les tond pas ? Comme ça, elles pourraient sortir dans la rue sans se voiler la face et ainsi, ne pas provoquer la lubricité des autres hommes que leur mari. Bien sûr, mon questionnement est très simpliste mais je pense que le sujet mérite d’être creusé.

Surtout que parfois, les jeunes femmes (et les jeunes filles) arabes se voient obligées de se marier avec un homme beaucoup plus vieux qu’elles et bien souvent, passablement très moche. Alors, ça serait aussi une façon de dire, si on leur avait rasé la tête, qu’elles ont été tondues pour avoir couché avec un moche. En d’autres temps pas si éloignés que ça, on se faisait bien tondre pour avoir couché avec un boche. Heureusement que je n’ai pas vécu à cette époque-là…

C’est vrai, ça, pour en revenir aux islamistes. Comme je l’ai écrit dans le premier paragraphe, je sors de voir le film de Marie-Castille Mention-Schaar. Et j’ai pris une claque dans la gueule. Pourtant, j’avais bien été prévenu, en voyant quelques interviews, à la télévision, que ce film était fort. Mais je n’imaginais pas au point que ce que j’ai vu. Pas à ce poing-là. Dans la figure. Parce que parfois, on se croirait dans un documentaire tant tout m’a semblé criant de vérité.

Les deux jeunes actrices qui jouent le rôle des deux adolescentes harponnées par des islamistes en mâle de proies faciles sont remarquables. L’une dans sa froide détermination à faire la guerre à ses parents pour avoir été rattrapée à temps avant de partir en Syrie. L’autre, dans sa transformation de petite fille modèle en conne radicalisée. Et remarquables aussi sont les deux mères (et les deux pères, bien sûr) dans leur incompréhension et leur souffrance.

J’ai entendu dire que la ministre de l’éducation, Najat Vallaud-Belkacem, aurait demandé à ce que ce film soit projeté dans tous les collèges et tous les lycées car c’est un excellent outil pédagogique face à l’enrôlement djihadiste. Je suis d’accord mais j’irais même encore plus loin : que ce film soit vu par les enfants, les adolescents et leurs parents. C’est important. Car on ne soupçonne pas tout ce qui se passe en sous-main. C’est essentiel de comprendre pour avancer dans cette lutte contre l’obscurantisme.