J’ai pourtant tenté de louer un véhicule utilitaire pour apporter les chaises et le fauteuil paillés aux parents mais rien, je n’ai rien trouvé. J’ai tenté les sites Internet entre particuliers et je me suis inscrit dans deux d’entre eux, j’ai eu une touche avec un Citroën Berlingo mais ça posait des problèmes car j’aurais dû le louer dès hier après-midi pour un départ dans pas longtemps, ce vendredi (il est juste 13 heures) alors, j’ai laissé tomber, qu’en aurais-je fait, pendant une journée de plus ? Et qui me dit que tout ce que j’avais à y mettre allait entrer dedans ? Si ça se trouve, j’aurais loué ça pour rien. Enfin, quand je dis pour rien…

Ensuite, j’ai regardé pour un utilitaire plus important en termes de volume mais là encore, aucune réponse positive et de toute façon, ça m’ennuyait de devoir conduire un 6m3. C’est quand même moins pratique qu’une voiture comme le Captur que j’ai. Alors, j’ai pensé aux routiers ou aux livreurs qui font parfois des voyages à vide et qui cherchent à arrondir leur fin de mois en transportant des petites choses pour des particuliers. Et là, après avoir rempli tout un questionnaire, on m’a dit qu’on me contacterait dès qu’il y aurait quelque chose pour moi. Alors, j’attends. Je n’attends pas Madeleine mais j’attends quand même.

Il me reste la solution de tout envoyer par la Poste. Soit en un seul colis, soit en plusieurs colis. Mais ça n’entrera jamais dans la boîte aux lettres de mes parents. Cette idée en est une très mauvaise, je trouve. Je peux aussi envisager d’emprunter un camion à mon travail mais pour presque trois jours, je ne sais pas si on va me dire oui et si ça sent trop le poisson, ça craint un peu. Et ce ne sont pas les deux homards et les deux kilos de crevettes que j’emporte cet après-midi qui vont arranger les choses. Non, vraiment, à moins de m’acheter une remorque, je ne sais pas comment je vais faire. Je réfléchis toujours.