Bon, maintenant, ça fait plus de vingt-quatre heures qu’on n’a plus de nouvelles de Stéphane. Dans les séries télévisées, le héros aurait déjà été averti par la famille ou par le président et on serait déjà en train d’enquêter sur ce qu’il aurait pu devenir, sur ce qui aurait pu lui arriver.

Stéphane, allo ? Ah non, on tombe encore direct sur le répondeur.

Stéphane ? T’es où ? Putain, réponds au moins, si tu as ce message. On te cherche partout depuis hier. Ah tiens, on n’a pas pensé à aller voir à son boulot, ce matin, si ça se trouve, il y est allé. Qu’on est cons, tiens ! Et puis là, à cette heure-ci, c’est trop tard. S’il y est allé, il n’y est plus.

Et sa voiture qui n’est pas là non plus, on dirait. C’est dingue, ça non ?

Et s’il avait été enlevé ? Avec sa voiture ? Non. Dans son imagination, peut-être mais pas en vrai. Non, il s’est passé autre chose. Et s’il avait eu un accident ? T’as appelé tous les hôpitaux des alentours ?  Tiens, viens, on va le faire, au moins, on en aura le cœur net.