Promenons-nous dans les bois, pendant que le loup n’y est pas…

En même temps, je n’ai pas souvent l’occasion d’aller dans les bois, à Bordeaux car il me faut prendre la voiture pour ça et je n’ai pas très envie de la sortir, de me farcir des embouteillages juste pour aller m’aérer au milieu d’arbres de toutes sortes, non, je vais dans les bois et dans les forêts quand ça s’y prête, notamment quand je vais en Vendée ou dans les Landes et en particulier à Biscarrosse. D’ailleurs, j’y vais passer le prochain week-end. Nous dormirons dans la petite maison. Si ça se trouve, le loup passera par-là, passera par ici et il essaiera de souffler sur la maison pour voir si elle résiste. Allez savoir… les bons contes faisant les bons amis… Non, je crois vraiment qu’on ne craindra rien là-bas, dans cette petite maison que nous allons tester pour voir si le jeu en vaut la chandelle pour quelques jours supplémentaires en septembre. L’avantage de la petite maison, c’est qu’elle n’a pas d’escalier (parce que pas d’étage, les choses sont bien faites, hein ?) et donc, pour mes parents, s’ils viennent passer un peu de temps avec nous, ça sera parfait. On profitera de la grande maison et de la piscine quand on en aura besoin et nous dormirons dans l’autre.

Si le loup y était, il nous mangerait…

La dernière fois que je suis allé me promener dans les bois, il n’y avait pas de loups, en tout cas, pas de loups qui font peur. À peine quelques oiseaux aperçus, de-ci, de-là, cahin-caha et quelques carnassiers sans oublier les insectes. J’ai passé mon chemin comme si de rien n’était, je me promenais seul, en totale liberté, la truffe au vent et de temps en temps, je saluais un arbre qui me plaisait bien, comme ça, histoire de lui montrer que je sais me tenir même en pleine nature. À peine si je me suis autorisé un petit pipi à l’air libre sur un tas de feuilles mortes que ça n’a même pas permis de sortir de leur léthargie. Quand ça doit arriver, hein ? Enfin voilà, quoi, aujourd’hui, au lieu d’aller passer du temps à nettoyer le réfrigérateur-congélateur dans l’ancien appartement, en vue de le vendre, j’aurais préféré aller arpenter des sentiers ombragés et apprécier le silence en bon vieux loup qui aime se savoir solitaire, de temps en temps. Mais non, les corvées passent avant le plaisir. Alors, j’ai fait ce que je devais faire et ainsi, je me sens l’esprit tranquille et j’ai bonne conscience. Je ne peux pas en dire autant tous les jours. Ainsi va ma vie. Surtout en ce moment.

Nous n’irons plus au bois, les lauriers sont coupés…