C’était prévu mais assez inattendu que nous déjeunions chez les Tontons pour la deuxième fois en quinze jours, hier. Depuis que nous sommes installés dans ce quartier, nous avons découvert cet endroit et nous allons sans doute en faire une de nos cantines jusqu’à ce que ça devienne moins bon, comme la plupart des restaurants, la plupart du temps. Oui, car au début, c’est bien, tout est bon et au fil du temps, on remarque systématiquement une baisse de qualité et ça ne nous donne plus envie d’y retourner. Nous en avons délaissé quelques-uns comme ça, depuis que nous sommes à Bordeaux. Je pense au Café des Arts et à l’Orléans pour ne citer que ces deux-là.

Mais les Tontons, déjà, le 14 juillet, ce fut un festival pour les papilles des travailleurs de force que nous étions, Isabelle, Christophe et moi mais aussi pour le président contremaître. Un régal dû à une idée pourtant fort simple : un brunch, le dimanche et les jours fériés. Un brunch sous forme de buffet à volonté avec un coin petit-déjeuner (viennoiserie, pain, confiture, omelette, lard, pancakes, pain perdu…), un coin salé (salades, crudités, quiches, tartes aux légumes, saumon fumé, charcuterie…) et un coin sucré (salade de fruits, gâteaux, entremets, crèmes…) plus un coin fromages et un coin boissons à discrétion (café, thé bio, jus de fruits…)

Une idée simple mais il suffisait d’y penser : un buffet oui mais un buffet de qualité. Tout semble frais, fait maison et, cerise sur le gâteau (ou câpre sur la pizza – si on est plutôt bec salé), tout est très bon à 90% (après, c’est une question de goût.) C’est agréable d’y manger en terrasse, un peu moins dans la salle où c’est relativement trop bruyant mais on peut faire fi de cette nuisance. En tout cas, le patron a été conquis, Claude a beaucoup apprécié et le président, Tonton, lui, est comme moi, désormais convaincu. Je n’irai pas jusqu’à dire « vivement le prochain dimanche » que nous puissions y retourner mais pas loin. En tout cas, j’y emmènerai tous mes amis, à chaque fois que ça sera possible.