Je ne voulais pas courir comme un dératé et justement, à l’inverse, prendre un peu mon temps, comme disait Signoret. Mais non, le président, comme je le craignais a fait une promesse qu’il n’a pas tenue à l’instar de tous les présidents, ou presque. Alors que je stressais à l’idée de devoir emménager une fois mes congés terminés et mes nouveaux horaires, il m’a pourtant bien dit que mais non, on aura tout le temps, on ne va pas se crever à la tâche. Et moi, en bon électeur citoyen, je l’ai cru. Naïvement mais avec un léger doute malgré tout. Et en réalité, le doute avait bien sa raison d’être puisque je n’ai pas vraiment le choix : un jour sur deux, il faut avancer deux fois plus vite car la veille on a traîné et le lendemain, pareil.

Du coup, il n’y a plus un seul carton qui ne soit pas ouvert. Il n’en reste qu’un qui n’a pas été déballé et même le bureau du président, reçu hier matin est enfin monté. Un peu plus de 4 heures de travail à deux, la plupart du temps. Pour un résultat qui moi, ne m’enchante pas plus que ça mais je m’en fous un peu, à vrai dire car ce n’est pas pour moi. Je n’aurai pas souvent besoin ni l’occasion de m’asseoir devant. Je le trouve trop clair, pas très original et surtout, très peu ressemblant à la photo qu’on en avait pu voir. Il n’avait qu’à pas commander ça sur Internet et n’acheter que quelque chose qu’il aurait pu regarder en long et en large, en vrai. Tout ça pour dire que j’aurais préféré me reposer, cet après-midi mais non, ça sera pour une autre fois.

Là, du coup, je sens que je vais aller m’aérer les mollets et me détendre en allant jusqu’au centre-ville à vélo. Je vais mon étape de mon non-tour de France et je sais que j’arriverai le premier, que je serai le maillot jaune mais personne ne sera là pour m’ovationner, il y aura de la foule mais ça ne sera que celle que j’ai voulu fuir en quittant mon ancien quartier. Ni fleurs, ni couronnes, juste le plaisir d’arriver au bout et ensuite, je reviendrai. La même chose en sens inverse. Mais alors, je suis en droit de me demander si le plus dur ne serait pas fait, au vu de tout ce qui a déjà été accompli en moins de deux semaines. Le plus dur est-il fait ? Je me remercie de me poser la question. Je vais prendre un peu de temps pour y réfléchir et alors, je donnerai ma réponse.