Je ne parle évidemment pas de la façon dont notre dossier a été géré par la banque mais du ressenti d’Isabelle et Christophe quand ils ont vu, l’une l’extérieur et l’autre, l’extérieur et l’intérieur de notre nouvel appartement pour lequel, si tout se passe bien, nous aurons les clés, ce matin, vers 10h30 ou 11h vu que nous allons chez le notaire à 9h pétantes. Nous y étions déjà hier matin, à 9h30, à croire que nous avons pris une carte d’abonnement… Je disais donc que pour l’instant, c’est un sans-faute car ils ont tous les deux aimé le quartier, à ma grande surprise, car c’est un environnement encore en plein chantier et surtout, loin d’être vivant comme c’est (trop) le cas dans l’hyper-centre, là où nous sommes encore pour quelques jours, normalement. Mais il faut reconnaître que là-bas, c’est aéré. Il y a de l’espace. Pas de vis-à-vis. Il y aura des vis mais pas de vis-à-vis.

Il y aura des vis car avec tous les meubles neufs que nous allons devoir monter (normalement, c’est moi seul qui ai ce privilège mais là, demain, j’aurai de la main d’œuvre pour m’aider), il va falloir en serrer quelques-unes. Même le canapé en cuir, nous allons le monter nous-mêmes. Christophe m’a assuré que c’était tout à fait possible. Donc, nous allons nous y coller. Pour ce qui est des bibliothèques, 7, je crois, ça sera les doigts dans le nez. Pour la table basse, ça devrait passer comme une lettre à la Poste quand il n’y a pas grève. Et pour les deux fauteuils, j’ai déjà fait ça, le même modèle, je n’en ai pas gardé un mauvais souvenir, ce n’était pas quelque chose de compliqué.  Idem pour la table de jardin, qui est déjà arrivée, qui attend son tour depuis près d’une semaine, maintenant. Du boulot en perspective.

Cette perspective de monter un maximum de choses avant le déménagement, a priori, confirmé pour dimanche (je dis « a priori » car là aussi, j’ai des doutes), ça m’évitera de devoir le faire une fois que j’aurai repris le boulot avec mes nouveaux horaires nocturnes, mardi prochain. Tout ce qui sera fait ne sera plus à faire. Donner un bon coup de collier entre potes de la même famille, ça ne peut que bien fonctionner. Alors, à défaut de décerner la palme de la perfection à la Caisse d’Épargne, bien au contraire,  j’ai envie de nous décerner celle des meilleurs à venir, pour nous. La bonne équipe. Jusqu’à présent, ça a toujours été un sans-faute. Il n’y a pas de raison que ça ne continue pas sur la même lancée. On y croit, on y croit. Et ce matin, le ciel est globalement bleu, avec quelques nuages épars mais bien plus agréable que celui d’hier.