Quand je pense que nous ne faisons qu’un petit emprunt immobilier (tout est relatif mais objectivement, notre prêt réel n’est pas gros et le prêt relais, si ça se trouve, il ne durera pas trois mois, alors…) et quand je vois combien de temps ça prend pour finaliser le dossier qui est pourtant accepté, nous en avons eu la confirmation il y a environ deux semaines de cela. Quand j’essaie de regarder tout ça avec un peu de recul, je me dis qu’on aurait vraiment pu signer l’acte authentique comme prévu, à la date du 17 juin, il y a une semaine de cela. Eh bien non, en France, ici, au pays des Droits de l’Homme et de la Simplification, eh bien, non, ça n’est pas aussi simple que ça, justement.

J’en veux pour preuve que notre dossier est validé de principe sauf que chaque semaine, et toujours le jeudi ou le vendredi, on nous réclame un document qui manque ou alors, on nous sort un papier à signer car ça n’a pas été fait plus tôt. Encore aujourd’hui, alors que nous avions appris mercredi que tout devait être envoyé vendredi pour réception demain ou lundi, on apprend, ce matin, qu’il manque encore deux documents et que j’en ai encore un autre à signer. De quoi se la prendre et se la mordre. Ou de quoi aller chercher un pistolet à eau, faire pipi dedans et aller arroser toute l’agence bancaire qui s’occupe de notre affaire. Ou je ne sais quoi d’autre de non violent mais de très marquant. Histoire de leur montrer que je suis vraiment très, très en colère.

Je le jure devant n’importe quel Dieu, s’il en existe un, ne serait-ce qu’un seul, que dès que tout est bouclé, je me charge de voir comment on peut changer de banque. Ça n’est plus possible d’envisager de rester là, ensuite. Je ne sais pas si je peux et si je dois citer le nom de la banque en question ni celui de l’agence en cause mais je vais vous donner quelques indices afin de vous éviter des déboires : c’est en rapport avec les écureuils et ça se trouve dans un endroit que n’auraient pas renié Notre Dame de Paris ni les Misérables. Donc, si vous m’en croyez, n’allez jamais là-bas. Sinon, ce sera à vos risques et périls. Et gare à vos nerfs.