J’interdis à tout le monde de dire que je ne fais que ronchonner parce que j’aurais mes chaleurs. Je n’ai pas mes chaleurs. C’est la météo qui est en chaleur. Et tout le reste autour, ne fait qu’aggraver la situation : l’agitation sociale, les poubelles non ramassées, les nuits pas forcément très bonnes, le travail un peu compliqué, le lendemain de la Fête du Bruit, le vote des Anglais pour rester dans l’Europe ou non et le bruit des hélicoptères qui survolent Bordeaux en ce moment (à cause d’une éventuelle manifestation ou à cause des supporters de foot ?)((pardon ? Il n’y en aurait qu’un ? Un seul hélicoptère ? Il fait autant de bruit que s’ils étaient plusieurs !)), oui, tout ça, ça fait qu’on ne se sent pas au mieux. Que je ne me sens pas au mieux. Et le plus dur n’est pas encore arrivé.

Oui, à partir d’aujourd’hui, à Bordeaux, comme s’il n’y avait déjà eu assez de bouteilles vidées voire cassées depuis plusieurss jours pour ne pas dire plusieurs semaines ou même des mois et des mois, oui, donc, comme si on ils n’en avaient tous pas eu assez, à partir d’aujourd’hui et jusqu’à dimanche soir, c’est la Fête du Vin. Ça va surtout être la fête de la beuverie. Pendant un mois, de toute façon, c’est débauche autorisée partout. Ivrognerie, bagarres et vomis dans la rue, tout est légal. Mais attention, ça ne durera pas. Après l’Euro de Foot, ça sera de nouveau interdit. Sauf pour ceux qui s’en moqueront, que ça soit interdit. Donc, sauf pour la plupart des jeunes qui ne pensent qu’à ça. Et ma foi, s’ils veulent perdre leur temps à ça, c’est eux qui seront les plus embêtés, un jour.

Il n’empêche que je ne suis pas d’accord avec la mairie car quand elle se permet de communiquer au sujet des éventuelles nuisances pendant l’Euro de Foot, d’une part, elle oublie que c’est un peu toute l’année, que dans l’hyper-centre, les jeunes emmerdent ceux qui dorment, toutes les nuits et, d’autre part, elle sait très bien qu’elle donne carte blanche à ceux qui ne se lèvent pas tôt pour aller travailler. De la confiture à des gorets, moi, je vous le dis. Et le pire, c’est quand la mairie dit que ce ne sera qu’un mauvais moment à passer. Bien sûr, aucun élu n’habite sur le trajet des éternels éméchés qui hurlent, renversent les poubelles et se foutent du monde autour d’eux. Donc, au vu de tout ça, il faut me comprendre. Ça donne envie de rouspéter. Et je me retiens, croyez-moi.