En ce moment, avec toutes ces grèves, toutes ces inondations catastrophiques et toutes ces petites histoires politiciennes, on en aurait presque oublié le fait que l’Euro de foot commence la semaine prochaine, dans notre pays, en plein état d’urgence, les pieds dans l’eau et sans train pour transporter les voyageurs. Moi, c’est simple, je dis bravo de chez bravo. Mais c’est sans compter sur un épi-événement qui vient de se produire, sans doute bien trop important dans la tête des medias et des gens qui en sont à l’origine. Je dis ça car finalement, cette polémique intéresse, qui, hein, ça intéresse qui, vraiment ?

On reproche aux Bleus de ne pas être assez représentatifs du peuple français. En gros, il n’y aurait aucun joueur d’origine nord-africaine dans l’équipe de France, dans les sélectionnés. J’avoue ne pas avoir vérifié si l’info est vraie ou pas mais je fais confiance à ceux qui ont commencé à en parler. Mais ça ne suffit pas, que l’on constate qu’il n’y aurait aucun joueur « arabe » chez les Bleus. Non, ça ne suffit pas. Si on veut être honnête, impartial et totalement objectif, il faut alors recenser toutes les minorités non visibles dans l’équipe de footballeurs professionnels. Et je me propose d’aider quelques associations communautaristes qui pourraient, elles aussi, avoir toutes les raison de se plaindre en vue de cet Euro à venir.

Il n’y a pas de chinois dans l’équipe de France. C’est dommage car les asiatiques sont quand même présents depuis de nombreuses années dans notre pays. Il n’y a pas non plus de handicapé physique (je précise bien « physique » parce que « mental »…) et ça n’est pas normal non plus. Il n’y a pas de nain dans les Bleus et je ne comprends pas que Mimie Mathy ne se soit pas encore insurgée contre ça. Il n’y a pas de femme, non plus, chez nos peut-être futurs champions. Il n’y a pas d’animal de compagnie, non plus. Il n’y a pas d’esquimau (sauf peut-être à la mi-temps) et encore moins de cégétiste. Non, il fallait bien que je la place, la CGT, sinon, ça n’aurait pas été drôle.