… j’ai des fuites urinaires…

Ce n’est pas moi qui le dis mais la dame, dans la publicité à la télévision. Comme si ça pouvait nous intéresser, nous, qu’elle rit, qu’elle éternue et qu’elle ait des fuites urinaires. Non pas que ça ne soit pas un vrai sujet de discussion altruiste voire chrétienne mais bon, on ne la connaît pas et surtout, ça va, quoi, on le sait qu’elle rit, qu’elle éternue et qu’elle a des fuites urinaires. En plus, elle semble même en être heureuse. Comme quoi, le bonheur, ça ne tient qu’à un fil.

Évidemment, on a tous compris qu’elle a des fuites urinaires surtout quand elle rit et/ou qu’elle éternue. Parce ce que, à ce moment-là, elle n’est plus sous contrôle de ses muscles du plancher pelvien. Je ne sais même pas pourquoi j’explique ça, tout le monde est censé le savoir. C’est comme pour la loi que nul n’est censé ignorer. Ces muscles du plancher pelvien, quand ils s’affaiblissent, on peut dire qu’ils laissent pisser, quoi. D’où les fuites urinaires, en langage plus châtié.

Après, je connais aussi une femme déjà ménopausée depuis de nombreuses années qui a également des trous, des pertes de mémoire et qui rencontre quelques difficultés à participer à une discussion sans en perdre le fil. Je me suis donc permis de lui diagnostiquer de la fuite dans les idées. Elle a trouvé ça très rigolo, elle s’est mise à rire et elle a mouillé sa culotte. Et après, elle m’a demandé pourquoi je l’avais fait rire car elle ne se souvenait pas de ce que je lui avais dit.

Chez les hommes, on n’aurait pas pu faire le même genre de pub que celle de la dame qui rit, qui éternue et qui a des fuites urinaires. Non, si ça avait été un homme, ça aurait été plus rustre, moins fin, moins élégant. J’imagine très bien le mec, la cinquantaine grisonnante du meilleur effet qui dirait : je pète, je rote et je mouille mon slibard. Tout d’un coup, il aurait perdu beaucoup de son charme et de son charisme et on se serait dit : quel beauf, ce vieux beau !

Moi, je n’ai jamais eu ça. Des fuites urinaires après avoir ri ou éternué ou toussé ou changé de position ou porté des choses trop lourdes pour moi. Donc, ça signifie que du côté de ma prostate, il n’y a pas de dérangement ni de « pousse toi c’est ma place » avec ma vessie. Je n’ai évidemment jamais accouché, je ne suis pas andropausé et je pense que je suis nickel de l’urètre. Donc, je peux continuer de vivre normalement, d’écouter des choses drôles, de marcher dehors au printemps. Je peux rire, éternuer sans…

… avoir des fuites urinaires…