Attention, ne vous fiez pas aux apparences, ce billet commence un peu comme celui de samedi dernier, le 30 avril mais ce n’est qu’une illusion d’optique. Si vous êtes un lecteur (ou trice) concentré et vigilant, ça ne vous échappera pas que la phrase suivante commence pareillement mais qu’elle se termine de façon totalement différente. Vous l’allez voir juste au paragraphe ci-dessous. Normalement. Si nous ne subissons pas une coupure publicitaire.

« Chez Nanou, on mange comme chez nous ! »

Ah zut, on n’y a pas échappé à la pub. Décidément… Bref, je disais donc que ce paragraphe devait commencer comme celui de samedi dernier et en voici la preuve : bonne fête à tous les Cyriaque, à toutes les Walberta, à toutes les Ultana, à toutes les Zela sans oublier les Sponsaire. Vous en connaissez beaucoup, vous des Exupère et des Adalbald ? Moi, aucun. En même temps, si j’en connaissais, est-ce que j’en serais fier ? C’est une bonne question. Merci de me l’être posée.

« Chez Monique, tout le monde jour de la musique ! »

Désolé pour ces publicités intempestives mais je suis obligé d’accepter qu’elles fassent intrusion dans les billets que j’écris sinon, vous seriez tenus de payer pour venir me lire. Et sachez qu’à l’heure où ce billet est publié, programmé depuis trois jours, je suis en train de rendre la vaisselle au traiteur et que je suis sur le point de le payer. C’est aussi à ça que me sert l’argent que me rapporte la publicité dans ce blog. Conflit d’intérêts ? Non, petits arrangements avec la vie. Ni plus, ni moins.