C’est la coupure pub pendant l’émission le Supplément. On attend Juppé pour juste après, on attend qu’il réponde à la question qu’on vient de lui poser : quelle est votre vision des choses ? Ou un truc comme ça. Et moi, un peu curieux de voir mon maire parler de son programme, de sa vérité, de ses ambitions pour la France, de ce qu’il compte faire et de tout un tas d’autres choses comme aiment bien demander les journalistes, je suis en train de penser à cet article dans le dernier numéro de 60 Millions de Consommateurs. Un article qui dénonce les risques à manger certains poissons. Des risques pour notre santé : trop de plomb, trop de mercure, trop de pollution, trop d’arsenic, trop de bisphénol A sans oublier trop d’additifs, trop de transformation pour des plats cuisiné ou pré-cuisinés et bref, à tout ce qui peut nous contaminer et nous rendre malade.

Et je suis en train de penser la même chose des cinq fruits et légumes qu’on nous conseille de consommer chaque jour. Qu’en est-il des cerises importées pleines de pesticides très dangereux pour notre système endocrinien ? Et plus généralement des aubergines, des carottes, des laitues, des choux, des concombres, des épinards, des tomates, des fraises, des choux fleurs (un peu de mal à l’accorder au pluriel, ce nom composé-là), des pêches, des petits pois, des pommes, des pommes de terre, des poireaux et du raisin pour ne parler que de ces quinze-là, parmi les plus consommés dans nos régions occidentales. On dit que ce sont les fruits et légumes les plus pollués par les pesticides. Ce sont donc des aliments conseillés qui vont nous mener à notre perte. Pourquoi diable aucun homme, aucune femme politique ne dénonce ça ? Qui en parlera dans son projet présidentiel ?

La coupure publicitaire est terminée. On évoque deux ou trois sujets de société dont la dépénalisation du cannabis (à quand le cannabis contaminé par des pesticides et donc, vraiment dangereux pour la santé ?), on pose des questions de l’ordre politicienne, on parle d’Emmanuel Macron et on enrobe le tout dans un ensemble de quant-à-soi et le tour est joué. Et pourtant, le Supplément est plutôt une bonne émission mais quand on y regarde de très près tout en prenant un peu de recul, on peut très bien ne pas être dupe. À la question : comment allez-vous redonner aux gens confiance en la classe politique. Juppé essaie de s’en sortir dignement mais la question est vacharde et la réponse, impossible : votez pour moi et vous verrez. Oui, mais s’ils ne veulent pas aller voter, ceux qui n’ont plus confiance ? La quadrature du cercle.