On dira que ça n’était pas une bonne idée que celle d’aller au cinéma, hier après-midi. Enfin si, au départ, l’intention et le désir d’y aller étaient plutôt positives. Mais c’est le résultat qui n’a pas été à la hauteur de mes ambitions. Je me suis trompé de film. Non pas que je sois allé dans une mauvaise salle mais je me suis trompé, en faisant mon choix. J’ai parié sur le fait qu’il s’agissait d’une comédie, que j’aime beaucoup l’acteur principal et que j’avais envie de passer un bon moment de détente. Eh bien, j’aurais mieux fait de rester chez moi pour faire une sieste, j’aurais moins perdu mon temps.

Je pourrais dire de quel film il s’agit et/ou de quel acteur je parle, dans le précédent paragraphe mais non, je suis tellement en colère par ce ratage, par ce long métrage qu’on m’a infligé que je n’ai même pas envie de lui faire de la pub. Alors, je ne vais pas détruire le film pour le simple plaisir de le détruire. J’émets juste une contestation : je suis fort mécontent. Et Télérama, parfois, tu déconnes. Il y a des films, mineurs, peut-être, que tu dénigres systématiquement alors qu’ils n’ont qu’une vocation : faire passer un bon moment sans prétention aux spectateurs.

Mais parfois, tu dis que tel ou tel autre film mérite qu’on aille le voir car il est soit disant drôle mais moi, je vais te dire qu’hier, malgré la présence de quelques jeunes dans la salle (je les ai reconnus au bruit du pop-corn quand ils se servaient), pendant tout le temps où je suis resté, un peu moins d’une heure, je n’ai pas entendu un seul rire. À peine deux ou trois sourires appuyés. Sauf quand il y a eu la scène où un acteur fait caca sur le paillasson d’un voisin du dessous et qu’il prend l’étron dans ses doigts pour ne pas le laisser en évidence car quelqu’un allait le surprendre.

Là, quelques rires ont fusé mais n’était-ce pas plutôt des rires de gêne que de réelle chose drôle ? Non, je n’avais plus envie de subir cette histoire de trentenaires qui ne pensent qu’à boire, faire la fête, fumer du hash et agir comme s’ils n’étaient encore que des adolescents. Non, je n’avais pas envie de ça. Alors, je me suis levé et je suis parti. Et tant pis si j’ai dérangé quelques spectateurs, au passage, je n’ai pas fait de bruit, je me suis fait tout petit mais je sais que ça ne suffit pas. Ça ne passe jamais inaperçu quelqu’un qui sort de la salle avant la fin d’un film.

Aujourd’hui, pour me venger, je vais y retourner. Cette fois, je sais que je ne prendrai pas autant de risque car les images que j’en ai vues m’ont plu. Et je sais qu’il n’y aura pas besoin de montrer un étron humain pour faire le buzz. Je ne sais pas pourquoi j’en ai écrit autant sur ce sujet mais je reconnais l’avoir encore mauvaise, pour la séance d’hier. Il y a des fois où la pilule ne passe pas. Alors surtout, si vous avez compris de quel film je parle, allez-y si vous le voulez mais vous n’y êtes pas obligés. Moi, je vous aurais prévenus. À bon entendeur…