Attention, ce billet est à considérer comme un préavis de RTT. Comme des jours de grève. Il n’y a pas de raison que pas moi. Alors, j’ai décidé d’en faire autant. Parce que comme ça, je suis sûr de ne prendre aucun risque. Et je vais me ménager car je veux encore en profiter un peu.

J’ai prévenu le président que je vais appuyer sur la pédale de frein, pendant deux jours. Pour les deux prochains jours. Je vais faire la grève du tri, la grève du rangement et la grève du désencombrement d’appartement. Parce que ce week-end, nous avons fait fort en dégageant totalement l’ensemble bureau-chambre d’amis (aussi appelé bureau-chambre des parents) avec force déménagement. Je parle de la grosse bibliothèque qui m’avait été offerte alors que je n’avais pas encore 18 ans et qui est en bois solide, bien lourde, bien imposante et qui m’a toujours suivi partout où j’ai habité. Mais là, elle faisait couloir avec d’autres meubles étagères, noirs, ceux-là, et ça empêchait toute visibilité de la pièce. Alors, forcément, pour les acheteurs potentiels, il était quasi impossible de se projeter dans un tel espace confiné.

Et donc, pour me remettre de cette répétition de déménagement, après avoir joué aux gros durs, aux forts à bras, je vais me faire porter pâle pour 48 heures. Après tout, comme moi, je n’ai pas fait le pont pascal (je ne travaille jamais le lundi, ça n’a rien changé pour moi)…

Et donc, pour faire de la place, j’ai vidé et enlevé la grande malle en osier qui était face au lit des amis (ou des parents, selon le cas) et nous y avons mis la bibliothèque, très allégée de l’équivalent de deux rayons entiers de livres. Et nous avons retiré tous les voilages qui servaient de séparation entre le coin bureau et le coin chambre. Même ceux qui étaient au mur de la tête du lit. Même ceux du baldaquin mais là, on n’aurait pas pu faire autrement, comme on a enlevé le baldaquin, les voilages qui auraient aimé rester, ils n’auraient pas pu tenir tout seul, comme ça, par l’opération du Simple d’Esprit. Et maintenant, donc, et maintenant, quand on ouvre la porte du bureau-chambre (d’a. ou des p.), on voit tout le balcon, ça fait une vraie grande pièce dont on avait oublié les proportions. C’est ça qui est chouette quand on décide d’en mettre un coup, ça se voit.

Mais là, dans une heure, j’ai rendez-vous chez l’ostéopathe et je me connais, après une séance de manipulations (même douces), je reviens souvent claqué et ça peut durer deux jours, chez moi. Donc, pendant deux jours, je fais la grève de tout effort et je reprendrai mes activités de videur d’appartement à partir de jeudi.