Être handicapé, ce n’est pas drôle. Mais il y a différentes formes de handicap et l’une de celles qui me fait le plus peur, c’est de perdre la vue. Encore qu’on peut se poser la question de savoir s’il ne vaut mieux pas naître aveugle que le devenir. C’est vrai, blague à part, avoir déjà pu voir les choses et ne plus pouvoir le faire, ça doit être terrible, de n’en avoir qu’un souvenir qui doit s’estomper peu à peu. À moins que l’esprit les conserve plus intacts que je ne l’imagine. Je n’aurai jamais la réponse à cette question. À moins de rencontrer un jour un aveugle qui ne l’est pas depuis toujours et avec qui je puisse parler de ça. Encore faut-il qu’il ne soit aveugle et pas sourd et muet en plus. Parce que là, même si j’apprends le langage des signes, il ne verra pas les miens.

Être aveugle, ça doit être terrible, donc. Parce que l’on ne voit jamais le visage de ceux qu’on aime, pour ne parler que de l’affectif et même si je pense que les doigts et l’imagination peuvent apporter une notion plus que précise du visage et du corps de celui ou celle qu’on aime, ça reste un mystère. Mais en ces temps pascaux, où la mode des œufs en chocolat n’a jamais autant battu son plein, je me demandais, ce matin, comment font les parents aveugles pour les cacher, le dimanche de Pâques ? C’est vrai, ça, le vrai but des œufs en chocolat, avant d’être mangés et de provoquer une indigestion, c’est quand même le plaisir de les dissimuler pour les parents, en pensant à la réaction de leur progéniture quand ils diront : « allez, cherche ! Allez, cherche les œufs en chocolat ! »

Oui, mais alors si les enfants de ces parents non-voyants sont eux-mêmes aveugles, comment vont-ils faire pour les trouver ? Je vous jure que ça me travaille, ça, depuis ce matin. Du coup, en gros, les aveugles sont privés de ce plaisir pascal. Et à part écouter la bénédiction du pape urbi et orbi, ils ne profitent pas de cette fête religio-laïque. À moins d’être des parents farceurs et leur faire croire qu’ils doivent trouver des œufs en chocolat mais à la place, on leur cache des kiwis trop mûrs ou des vrais œufs frais qui vont bien couler quand ils vont les casser… Et au-delà de ça, quand on leur dit que la nuit, tous les chats sont gris, aux aveugles, comprennent-ils seulement le sens de cette phrase ? Et qu’en ont-ils à faire ? Non, moi, je vous le dis, il n’y a pire sourd que celui…