Ah non, qu’on ne vienne pas me taxer de pédophile, je ne suis pas catho-pratiquant. Et pas seulement pour cette raison-là mais parce que je ne suis pas comme ça. Ça n’est pas mon genre. Et ce n’est pas parce que le titre de ce billet annonce que je préfère les petits jeunes qu’il faut mal m’interpréter. Bon, d’accord, j’ai écrit ça en toute connaissance de cause car je savais pertinemment que l’ambiguïté du propos porterait à confusion. C’est volontaire donc, en gros, je suis un vrai manipulateur. Et je l’assume. De toute façon, quand on écrit, on oriente toujours les autres vers le fond de sa propre pensée. C’est un exercice un peu périlleux, l’écriture, comme la parole. Tout dépend comment elles sont reçues et comment on fait pour qu’elles soient reçues.

Donc, c’est fait non contestable : je préfère les petits jeunes. Mais avant de crier haro sur le baudet, laissez-moi juste dire de quels petits jeunes je parle. Sinon, vous allez m’empêcher d’être honnête en ne me laissant pas finir ma phrase et en laissant un sous-entendu en suspens, un sous-entendu qui n’est pas acceptable pour tout le monde. Je préfère les petits jeunes en politiques. Mais pas les trop jeunes non plus. Juste ceux qui ont entre 35 et 45 ans. L’âge que j’ai préféré avoir moi-même. Je les trouve plutôt attirants et je ne parle pas que de leur physique. Je parle bien sûr de leurs idées. Mais si en plus, ils ont un look sympathique, alors, que demander de plus. L’art et la manière ? Eh bien voilà, c’est ça qui me plaît.

J’en veux pour preuve Emmanuel Macron, Nathalie Kosciusko-Morizet et Bruno Lemaire, pour n’en citer que trois. Et d’ailleurs, ça me fait un peu mal au ventre de n’en avoir qu’un qui me vienne spontanément à  l’esprit que ce soit chez les socialistes ou chez les écologistes (hmmm, hmmm) mais que voulez-vous, pour qu’un nom sorte, encore faut-il qu’il soit associé à quelqu’un qui se démarque. Alors, peut-être que je ne suis pas assez au courant de tout, dans la politique mais déjà, rien que ces trois-là, je les verrais bien dans un même gouvernement, en 2017. Ça me rassurerait beaucoup. En tout cas, maintenant, vous pouvez être tranquilles, vous savez qui sont les petits jeunes qui m’attirent.